La culture est l'opium de l'intellect
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Meilleurs posteurs
Lambègue (215)
 
Ouroboros (177)
 
Princesse Loudie (112)
 
Halbar (57)
 
Koiran (33)
 
Mirë (25)
 
Liyat (20)
 
Junichiro Tanizaki (8)
 
Yukee (8)
 
Nebkhéperourê (6)
 
Liens
Maître Eolas
Ed Wood's Web Worst Page

Bouletcorp
Le Blog d'Un Odieux Connard


Partagez | 
 

 Apologie de la musique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ouroboros
Impétrant
Impétrant
avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 26
Localisation : Probablement dans mon lit.

MessageSujet: Apologie de la musique   Sam 5 Fév - 22:18

Écoutez en lisant

Sourds, je vous plains, et je vous méprise.

Je vous plains, car vous n'entendez pas la musique. Oh certes, vous la ressentez, vous avez ces vibrations qui vous parcourent, mais d'une part vous ne pouvez pas en ressentir toute l'amplitude, vous perdez les aigus – et donc souvent le thème – et d'autre part, vous n'entendez pas vraiment la musique telle qu'elle a été faite pour être entendue. Vous la perdez.

Et pour cette même raison, je vous méprise.

Je fais ici remarquer au lecteur attentif de ce forum – merci d'y participer par ailleurs – que ce mépris de tout un chacun est pour moi un art de vivre. Ne le prenez pas mal, mais mon mépris est une marque de considération. De plus, l'avis développé ici est le mien, je ne vous demande pas de le partager, mais de me répondre, que je me sente moins seul.

Vous allez alors vous demander ce que je méprise plus que les sourds pour leur surdité (ce n'est pas une affirmation ni une phrase rhétorique, c'est un ordre). Et bien c'est simple, je méprise plus que les sourds ceux qui entendent bien et sont pourtant sourds à toute musique. Car ceux-là n'ont pas l'excuse d'être sourds.

Alors je connais votre critique, elle est facile : le goût cela s'éduque, on n'a pas tous eu des parents qui nous ont appris à aimer la musique, … oui, et ? N'est-ce pas plus facile de reconnaître tout simplement que vous n'avez pas mon caractère bien trempé, ma sensibilité exacerbée par l'art, mon charisme d'acteur américain des années 1970, mon physique de pâtre grec, mon intellect puissant et mon humilité qui tient désespérément en échec le tableau de la personne parfaite que je serais si j'en avais un peu ?
Haaa, qu'est-ce que je m'aime tout de même ! Bref, continuons.

Donc vous, vous qui n'aimez pas la musique, je vous méprise. Et je crois même que je vous hais.
Alors attention, ici encore une précision, je ne vous reproche pas de ne pas aimer la même musique que moi, je suis certes élitiste, mais aussi très tolérant et j'apprécie que quelqu'un qui aime d'autres types de musiques m'en fassent écouter pour que finalement, j'arrive à les apprécier. Je vous méprise car vous n'aimez pas du tout la musique, car vous ne savez pas l'aimer.

C'est promis, c'était ma dernière précision. Après j'invective et j'insulte.

Or donc voilà ce que je vous reproche, incultes, rogatons de coprolithes véreux, raclures de fond de cuves de Beaujolais nouveau, pourceaux pourris par la purge, c'est de ne pas savoir aimer la musique.

Et comme j'aime vous surprendre et me dédire, je ne suis pas venu ici pour vous insulter, mais pour faire une apologie de la musique.

La musique est à mon sens l'art le plus complet et le plus abouti qui ai jamais existé. Certes il existe de nombreux autres arts, mais aucun à mon sens – et c'est une question de sensibilité j'en suis conscient – n'égale ou n'égalera jamais la musique dans sa complétude, son aboutissement, son aptitude absolue à transmettre et des sentiments, et la vérité.
Elle est le moyen – et croyez bien que qualifier la musique de moyen alors qu'elle me semble être une fin m'arrache le clavier – le plus intense et le plus puissant de donner des sentiments, de donner des pulsions, des délires.
Elle est mieux que tout ce que je connaisse, la meilleure chose qui me soit jamais arrivée, mieux que les nuits d'informatique, mieux l'étreinte d'un être aimé, mieux que les alcools les plus forts ou les quelques drogues sur lesquelles je me sois penchées en des soirs d'errances, mieux que la plus forte des amitiés ou le plus intense des amour. Mieux que tout ce que j'ai jamais osé rêver.

Imaginez vous, vous êtes allongé sur un fin matelas, à même le sol. Derrière votre tête, un caisson de basses, et un ampli à votre gauche, un à votre droite. Le noir le plus complet, le silence le plus absolu. Votre CD rentre dans le lecteur et se met à tourner, et calmement se met à jouer.
Y a-t-il rien de plus jouissif, de plus orgasmique, que ces moments d'abandon total de soi ? De ces moments qui quand ils surviennent sont d'une telle intensité qu'ils laissent lors du retour sur terre un tel vide que pendant quelques minutes, plus rien n'a de goût, plus rien n'a d'intérêt, car il n'y a plus de musique. De plus fou que ces moments où, après déjà un certain temps d'écoute concentrée, immobile, l'on sent la musique nous prendre, nous pénétrer, nous envahir, s'immiscer par toutes les pores de notre peau au plus profond de notre corps ?
Et quand je dis « de notre corps », ce n'est pas métaphorique, c'est réellement ressenti. J'ai plusieurs fois ressenti cette musique me prendre avec une telle brutalité que les premières secondes furent presque un viol, et qui lentement a desserré son étreinte pour me permettre de quitter ce monde, de quitter mon corps, d'être plus loin, au delà.

Cette sensation est difficile à décrire, et seuls ceux qui l'ont déjà vécue peuvent la connaître. Je ne sais pas si tous peuvent la connaître, je veux dire par là que je ne sais pas d'où elle vient, et donc que je ne sais pas si elle est accessible à tous, mais elle est la sensation la plus violente et la plus jouissive que j'ai jamais ressentie, largement au delà du peu que j'ai pu ressentir et vivre lors de mes soirées de débauches ébauchées.

Certains verront ici une affirmation comme quoi « la musique, c'est la vie ». C'est peut-être vrai, mais ce n'est pas ce que je veux dire. Ce que je veux dire, c'est que la musique, c'est au delà de la vie, c'est bien plus fort, bien plus violent, bien plus … vivant.

La première fois que j'ai fait cette expérience, j'avais quelque chose du genre six ans, mon père m'avait amené à un concert de musique classique (impossible de retrouver quoi) à la salle Pleyel. Selon ses propres mots, j'ai été d'une extrême tension pendant une demi-heure, le maximum que j'ai pu supporter. Au delà de ce temps, j'ai été énervé et exténué. J'ai d'ailleurs il me semble commencé la musique peu de temps après, et dès que j'ai pu, je n'ai jamais cessé d'en écouter, tout le temps. Pour travailler, en jouant, en cuisinant, en bricolant, et même parfois en cours en amphi.

Une autre expérience qui m'a rendue la musique indispensable est qu'elle m'a été salvatrice dans une situation où il n'y avait pour moi rien d'autre. Je ne développe pas, certains ici savent.

Ce qui est amusant, c'est que je raconte cette expérience comme quelqu'un qui a pris de la drogue pour la première fois raconterait les effets et ses impressions. Et bien c'est exactement cela, en plus légal. La musique quand elle est vécue est une drogue, puissante. Elle a l'effet d'un psychotrope, et encore une fois, je n'exagère pas, je raconte un vécu.

J'ajoute cela pour ceux qui ont déjà pris des psychotropes ou vécu une transe, l'effet de ces derniers tel qu'il est décrit par ceux qui les ont expérimentés est similaire à ce que j'ai ressenti plusieurs fois avec la musique. Sentir à la fois cette légèreté et cette violence qui nous plaque au sol, ce sentiment de distorsion, d'écrasement. Je me souviens d'être revenu à la réalité avec très mal au dos, il semblerait que je me sois arqué à l'extrême cette fois-ci jusqu'à m'en faire mal. Et surtout ce sentiment d'avoir quelques minutes vécu largement au delà de la vie, de la réalité, une sorte de transe, de transcendance.

C'est au delà de tout, et tellement loin que je me demande d'ailleurs si ça n'en est pas dangereux, addictif. Après tout, il n'y a pas que les drogues qui détruisent physiquement le cerveau qui sont dangereuses, tout ce qui est addictif peut l'être, destructeur pour la vie sociale, et peut-être la santé mentale (ceci dit, de ce côté là, je suis assez mal barré).

Quelques dernière remarques. On ne vit pas la musique sur commande. Il y a une situation qui permet cet envol, et même lorsque les conditions paraissent réunies (quoi que je ne sache pas vraiment quelles sont ces conditions), le plus souvent, on passe juste un bon moment à écouter de la musique. Je pense que la première condition est la quiétude. Sans elle, on ne s'abandonnera jamais totalement à la musique. Il n'y a pas ici de moyen de se relaxer comme on emploie parfois la musique à, il y a juste ce que des habitués de la prise de drogue je pense décriraient comme un trip.
Toutes les musiques ne conviennent pas, je pense. Les quelques fois où j'ai vraiment décollé, c'était avec de la musique classique (dans un sens large).
Enfin, ne vous attendez pas à partir immédiatement. J'ai parfois écouté une heure durant la même musique avant de partir.

Et mon plus beau et intense voyage s'est fait au son de la Symphonie du Nouveau Monde, de Dvorak et de la Moldau, que j'espère vous avez écoutés en me lisant.


_________________
Salut à toi Invité ! Comment vas-tu aujourd'hui ?
Une réclamation, une insulte, un quolibet, une lettre de dénonciation ? MP !

«Je donne mon avis non comme bon mais comme mien.»
Michel de Montaigne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org/
Yukee
Novice
Novice
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 16/01/2011

MessageSujet: Re: Apologie de la musique   Sam 5 Fév - 22:45

j'adore ton style ! Toujours provocateur mais jamais agressif, ton article interpelle ; et la question que je me pose finalement est "c'est quoi, la musique ?".
Le bruit, pour un scientifique, est un signal aléatoire, et en ce sens on peut bien l'opposer à la musique, qui est un signal ordonné, une harmonie.
Le rap qui emploie peu d'harmonie, est-il une musique ? Question d'actualité, et délicate.
Mais c'est sans doute la production moderne qui frôle le plus la frontière.Le compositeur américain John Cage utilise le Yi-king comme méthode de tirage aléatoire pour composer ses oeuvre. Bruit ou musique ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lambègue
habitué
habitué
avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Apologie de la musique   Sam 5 Fév - 23:38

John Cage, c'est bien celui qui a composé 4min33 ? Personnellement, je dis bruit. Pour moi la musique est un acte qui implique le compositeur jusqu'au bout, et ne laisse pas place à de tels hasards.
Sinon superbe article, et le sentiment que tu évoques, je l'ai déja connu. Bon la sympho du nouveau monde, je suis pas aussi fan que ça, pour moi ça me l'a déja fait avec la septième de Beethoven (oui, j'adore Beethoven, encore un point commun avec Schroeder...). Et avec pas mal de Elfman, ou de Hisaishi

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org
Junichiro Tanizaki
Novice
Novice


Messages : 8
Date d'inscription : 21/01/2011

MessageSujet: Re: Apologie de la musique   Dim 6 Fév - 0:40

Quel superbe article tu nous as offert là mon cher Ouro ! Sublime discussion que celle que nous avons eu l'autre jour !
Je crois que tu as, ici, très bien réussit à retranscrire une partie de ce sentiment délicieusement addictif qu'est celui que la musique nous inspire. Ce n'est pas un art, c'est une manière de vivre, la musique EST la vie (enfin en tout cas pour ma part je suppose). Il est vrai que ces sensations, vivre la musique dans toute sa splendeur n'est pas donné à tout le monde, malheureusement ? Je ne sais pas.
Yukee je dirais que tu t'écartes presque un peu de l'objectif, enfin ce n'est que mon avis mais je pense que là il ne faut pas se baser sur le goût en lui même, juste parler du ressentiment, de trip absolument démentiel qu'une musique peut procurer peu importe son style (oui Ouro je pense aussi que ça fait un peu drogué mais peut on vraiment nous reprocher d'être drogué à ce genre de choses ? Je ne pense pas!)
John Cage est effectivement celui qui a composé "4min33" mais (et là je vais donner mon avis sur la question même si ça me gène un peu) nous dirons qu'il avait une conception bien à lui de la musique. Je veux dire par là que de mettre des fourchettes ou des plats à desserts dans un piano et joué ensuite avec est un fait qui m'est insupportable, ce n'est que pure vérité si certains doutent de mes paroles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lambègue
habitué
habitué
avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Apologie de la musique   Dim 6 Fév - 0:45

Je partage ton avis sur Cage.

Après...Ben je ne sais pas, la comparaison à la drogue me gène profondément, mais c'est probablement mon aspect anti drogue anti cuite qui ressort. Je pense que c'est comparer un sommet d'humanité avec une fosse à merde d'animosité.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org
Yukee
Novice
Novice
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 16/01/2011

MessageSujet: Re: Apologie de la musique   Dim 6 Fév - 1:09

Effectivement, ma réponse s'écarte volontairement du sujet. Je trouve très exaltant de se demander d'où provient le sentiment si bien évoqué dans le sublime article d'Ouroboros qu'éveille en nous la musique. Et je pense que pour cela il faut commencer par se poser la question : comment distingue-t-on le bruit de la musique ? Le concept est-il universel, ou bien profondément dépendant de notre culture et de notre éducation ?

Douglas Hofstadter donne dans son livre Gödel, Escher, Bach une idée d'approche très intéressante du concept de musique, et d'art en général, que je vais tenter de résumer ici.
Pour lui, l'art moderne veut non pas nous toucher par la beauté de ses oeuvres, mais nous interpeller. Faisons le parallèle avec les koans zen pour mieux comprendre. Ce sont de courts récits , apparemment dénués de signification. On peut tenter d'en trouver une, mais ce sera en pure perte. L'objectif des auteurs des koans est de nous faire comprendre que le langage n'est en fin de compte qu'une barrière, puisqu'il nous enferme dans un cadre de représentation du monde qui limite notre capacité à l’appréhender. L'absence de sens des koans permet donc d'abord au lecteur de réaliser cela ; il pourra seulement ensuite espérer être illuminé.

Revenons à la musique de John Cage. La première réaction face à l'une de ses oeuvres est la tentative de comprendre, qui se solde, comme Lambègue et Junichiro Tanizaki l'ont dit, par un échec. On peut alors tenter de sortir du cadre de représenation habituel qui nous sert à apprécier la musique. C'est à mon avis l'objectif du compositeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lambègue
habitué
habitué
avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Apologie de la musique   Dim 6 Fév - 1:26

Je pense que c'est justement quand on cherche à comprendre que l'on a ta réponse face à l'oeuvre d'un Cage. ceci dit, ça fonctionne dans tous les domaine, et on trouve des cage partout, même en littérature. Pour moi, ce sont des types qui ont été assez intelligents pour piger qu'il y a une élite qui veut toujours donner le sentiment de mieux comprendre tout, et qui est prête à payer cher pour cela : ainsi, ils ont trouvé le filon pour se faire un pognon facile.
Ce sont des arnaqueurs, rien de plus, à mes yeux. Mais en soi, ils sont respectables, hein : les plus méprisables sont ceux qui les payent pour qu'ils continuent leur merde.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org
Ouroboros
Impétrant
Impétrant
avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 26
Localisation : Probablement dans mon lit.

MessageSujet: Re: Apologie de la musique   Dim 6 Fév - 20:21

Pour John Cage, le peu que j'ai entendu, j'ai du mal à considérer ça comme de la musique. La musique, comme le dit Lamb' (qui portera désormais ce surnom d'agneau), c'est une composition, une création volontaire et ordonnée, qui cherche à créer un sens, pas une simple variable aléatoire. La musique de John Cage perd tout son sens en devenant aléatoire, et j'irai même jusqu'à dire qu'elle perd son titre de musique.

Juni (je vais m'arrêter à ce surnom), je ne suis pas sûr qu'on puisse dire que la musique EST la vie. Elle est mieux, elle est son sommet le plus intense. Il y a à mon sens deux sortes de bonheurs : la quiétude partagée, et l'effusion brutale de la musique.

La comparaison à la drogue me paraît justifiée, et nous avons déjà beaucoup discuté d'alcool et de drogue, Lamb'. C'est le sentiment que je ressens, et que je rapporte à un vécu différent. Et Juni, si tu dis à quelqu'un que ta drogue, c'est la musique, il va soit minimiser tes propos en disant que lui aussi il aime la musique (dans ce cas, ayons l'intolérance de le mettre à mort au son de la XIe de Shostakovitch), soit il va considérer que tu es drogué, et pas à la musique (dans ce cas, un simple couteau suffira).

Lamb', je rediscuterais bien du sujet de la drogue et de l'alcool avec toi d'ailleurs. Un sujet à préparer en philo sans doute.

Ce filon pour se faire du pognon facile est certes intéressant, mais il joue sur les bassesses, ou au moins ne tente en rien d'élever son auditoire, ce que je trouve méprisable. Ils discréditent l'art qu'ils tentent vainement de pratiquer, et l'on s'extasie dans les vernissages d'un peintre célèbre qui a piétiné une toile blanche après avoir chié dessus, et intitulé ça "humanité". Je veux bien faire dans la critique sociale, mais j'aurais personnellement intitulé cette même toile "autoportrait".

_________________
Salut à toi Invité ! Comment vas-tu aujourd'hui ?
Une réclamation, une insulte, un quolibet, une lettre de dénonciation ? MP !

«Je donne mon avis non comme bon mais comme mien.»
Michel de Montaigne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org/
Yukee
Novice
Novice
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 16/01/2011

MessageSujet: Re: Apologie de la musique   Dim 6 Fév - 23:51

Joliment dit, mais que c'est désespérant de pessimisme ! Je veux croire que ces personnes qui se disent être des artistes ne sont pas des hypocrites corrompus mais des provocateurs qui par cela cherchent à nous faire réexaminer le concept même de beauté (et en l’occurrence celui de musique). Bien sûr ce réexamen ne nous permettra pas de trouver leurs productions belles, ou empreintes de musicalité. Non ! Elles seront toujours pour nous ignobles, ne méritant pas qu'on les qualifie d'oeuvres ! Cependant cela aura engendré une réflexion qui nous fera prendre conscience que nous envisageons toujours les oeuvres à travers un cadre de représentation, qui, en même temps qu'il est la condition nécessaire de notre pensée -et donc celui de notre sens de l'esthétique-, lui impose des limites infranchissables.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lambègue
habitué
habitué
avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Apologie de la musique   Lun 7 Fév - 0:55

Et ça mérite que l'on retienne en quoi que ce soit le nom de ces """"""""""artistes""""""""""" ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org
Yukee
Novice
Novice
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 16/01/2011

MessageSujet: Re: Apologie de la musique   Lun 7 Fév - 22:09

En rien. Ce n'est d'ailleurs pas mon propos. Où veux-tu en venir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lambègue
habitué
habitué
avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Apologie de la musique   Lun 7 Fév - 23:50

Je veux juste dire que ta tentative de trouver une justification à l'existence de telles choses donne l'impression que par ce qu'elles provoquent une réflexion que tu sembles considérer comme extraordinaire, on doit les retenir. Ce n'est peut être pas ce que tu as voulu dire, mais je l'ai perçu ainsi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org
Yukee
Novice
Novice
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 16/01/2011

MessageSujet: Re: Apologie de la musique   Mar 8 Fév - 23:50

D'accord, je comprends mieux, maintenant.

Pour conclure en revenant au sujet, je dirais que la musique éveille en nous des sensations vraiment étonnantes, quasi physiques, qui méritent sans aucun doute qu'on s'attache à les décrire, comme l'a si bien fait Ouroboros. J'ai tenté de les interpréter de façon plus abstraite, mais je m'aperçois que l'idée centrale de mon argumentation, celle de "cadre de représentation" n'est pas très claire telle que je l'ai présentée. Je tâcherais donc de faire une analyse plus structurée et plus compréhensible dans la section philosophie, si mon emploi du temps chargé me le permet !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ouroboros
Impétrant
Impétrant
avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 26
Localisation : Probablement dans mon lit.

MessageSujet: Re: Apologie de la musique   Mer 9 Fév - 19:08

Marrant comme on s'écarte facilement du sujet.

Yukee, j'irai au delà de "des sensations vraiment étonnantes". Je me permet encore là un analogie avec la drogue, désolé Lambègue, mais elle me paraît appropriée : parfois, écouter de la musique, c'est un trip, car cette musique est à un tel point élaborée pour parler aux sens qu'elle en devient une drogue, puissante.

Quand à retenir le nom de ces prétendus artistes, on retiendra bien celui du technicien qui a fait Pocahantas au pays des Schtroumpfs, alors pourquoi pas celui de gens qui auraient eu une idée réelle, même si elle est mauvaise ?
Mieux vaut avoir des idées que pas d'idées du tout. Pas d'idées, une machine peut le faire, mais pour un Homme, c'est pathologique. Je ne ferai pas ici de métaphore orientée sur Cameron est son absence d'idée, bien que j'en ai foutrement envie.

_________________
Salut à toi Invité ! Comment vas-tu aujourd'hui ?
Une réclamation, une insulte, un quolibet, une lettre de dénonciation ? MP !

«Je donne mon avis non comme bon mais comme mien.»
Michel de Montaigne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org/
Lambègue
habitué
habitué
avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Apologie de la musique   Mer 9 Fév - 19:09

Oui, ou dans la section musique selon l'orientation que prendra ton texte. Après je suis d'accord avec toi, on peut donner une vision des choses moins physique que celle d'Ouroboros, mais ce sera encore plus dur de se faire bien comprendre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org
Ouroboros
Impétrant
Impétrant
avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 26
Localisation : Probablement dans mon lit.

MessageSujet: Re: Apologie de la musique   Mer 9 Fév - 20:18

Disons que sinon, on tombe vite dans une description très technique et très physique et scientifique de la musique, ce qui fait qu'elle devient effectivement assimilable à un simple son, un ensemble de différentes fréquences de vibrations.
Ceci dit, je vous décrit la musique telle que je le ressens, telle que je la vit. Je ne prétend pas à l'universalité.

_________________
Salut à toi Invité ! Comment vas-tu aujourd'hui ?
Une réclamation, une insulte, un quolibet, une lettre de dénonciation ? MP !

«Je donne mon avis non comme bon mais comme mien.»
Michel de Montaigne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org/
Yukee
Novice
Novice
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 16/01/2011

MessageSujet: Re: Apologie de la musique   Mer 9 Fév - 21:35

Ce que tu dis là est très intéressant. Cela me fait penser à la théorie d'Aristote qui voulait, je crois, relier musique et mathématiques en utilisant les similitudes entre les fractions, les séries harmoniques et les hauteurs des sons dans la gamme...
Finalement on pourrait tenter à partir de cela de construire un pont entre la beauté mathématique et la beauté dans l'art en général. Je ne me lancerais pas là dedans car, d'un part je trouve cela contestable, et d'autre part je n'y connais pas grand chose. Cependant personne n'en a parlé jusqu'à présent, et c'est une piste qui mériterait effectivement d'être explorée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ouroboros
Impétrant
Impétrant
avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 26
Localisation : Probablement dans mon lit.

MessageSujet: Re: Apologie de la musique   Mer 9 Fév - 22:20

D'abord, j'avoue que l'idée de beauté mathématique ... j'ai un peu de mal. Autant de jeu mathématique oui, de beauté ... j'y arrive pas.

Ensuite, je reste sur l'idée que la musique est certes une technique, qu'on ne donne pas n'importe quelle partie à n'importe quel instrument (outre les problèmes de transposition, je parle de l'écriture de la musique). On imagine mal de donner un thème très rapide censé représenter la légèreté à des tubas, et laisser les flûtes marquer les temps (je suis extrême, mais c'est pour donner l'idée). Il y a de plus des règles (que l'on respecte ou pas, mais le non-respect de ces règles n'est productif qu'à la condition de leur extrême maitrise) pour l'harmonie, la composition, qui sont culturelles (à moins que l'on parvienne à prouver des accords qui nous sont par nature et scientifiquement plus agréables que d'autres).
Il y a des règles, et une machine pourrait les respecter, et créer une multitude d'œuvres toutes plus parfaitement réglées les unes que les autres, mais il leur manquera l'inventivité, le génie, l'humanité, que l'on demande à la musique. Elles seront audibles, elles seront belles, elles seront froides. Froides, car elles n'auront jamais connu la vie qui anime le compositeur, mais rien que la glace du métal d'une machine.

_________________
Salut à toi Invité ! Comment vas-tu aujourd'hui ?
Une réclamation, une insulte, un quolibet, une lettre de dénonciation ? MP !

«Je donne mon avis non comme bon mais comme mien.»
Michel de Montaigne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org/
Lambègue
habitué
habitué
avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Apologie de la musique   Jeu 10 Fév - 0:07

Les mathématiques n'étant pas un art mais une science, effectivement je pense que les notions de beau ne s'appliquent pas. On peut peut être faire de l'art à partir de la science, mais dans ce cas on sort nécessairement du cadre scientifique pur.

Citation :

Il y a de plus des règles (que l'on respecte ou pas, mais le non-respect de ces règles n'est productif qu'à la condition de leur extrême maitrise) pour l'harmonie, la composition, qui sont culturelles (à moins que l'on parvienne à prouver des accords qui nous sont par nature et scientifiquement plus agréables que d'autres).
Après d'une certaine façon ce que fait un Cage, c'est justement de ne pas respecter les règles : alors jusqu'ou peut-on s'affranchir des règles en restant dans l'art ? Pour moi, c'est tant que ça reste une expérience d'écoute plaisante, qui apporte véritablement quelque chose.

Je suis assez d'accord avec ta vision de la musique comme suivi de règles, mais avec une âme...Ce qui différencie l'art de la science, d'une certaine façon.

Et puis une vision très juste de l'art moderne je trouve, j'adore

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org
Ouroboros
Impétrant
Impétrant
avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 26
Localisation : Probablement dans mon lit.

MessageSujet: Re: Apologie de la musique   Ven 11 Fév - 0:27

Une courte bande dessinée sur le sujet, qui me semble extrêmement vraie.
Attention, c'est en québéquois.
Et c'est par ICI.

_________________
Salut à toi Invité ! Comment vas-tu aujourd'hui ?
Une réclamation, une insulte, un quolibet, une lettre de dénonciation ? MP !

«Je donne mon avis non comme bon mais comme mien.»
Michel de Montaigne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org/
Lambègue
habitué
habitué
avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Apologie de la musique   Ven 11 Fév - 0:40

Très bon. J'aime particulièrement le petit détail de Beethoven qui fait la gueule, c'est vrai qu'il a une tête de dépressif ce mec.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org
Yukee
Novice
Novice
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 16/01/2011

MessageSujet: Re: Apologie de la musique   Mar 15 Fév - 1:49

J'adore aussi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Apologie de la musique   

Revenir en haut Aller en bas
 
Apologie de la musique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Composer musique
» Musique du temple de classe Pandawa
» Musique 8 bits avec GXSCC
» Les instruments de musique de notre époque
» [Résolu ] afficher un personnage et insérer de la musique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Musée des savoirs :: Domaines :: Société, actualité, politique :: Réquisitoires-
Sauter vers: