La culture est l'opium de l'intellect
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Meilleurs posteurs
Lambègue (215)
 
Ouroboros (177)
 
Princesse Loudie (112)
 
Halbar (57)
 
Koiran (33)
 
Mirë (25)
 
Liyat (20)
 
Junichiro Tanizaki (8)
 
Yukee (8)
 
Nebkhéperourê (6)
 
Liens
Maître Eolas
Ed Wood's Web Worst Page

Bouletcorp
Le Blog d'Un Odieux Connard


Partagez | 
 

 Concours d'écriture

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Quel est le meilleur texte ?
Celui d'Ouroboros
40%
 40% [ 2 ]
Celui d'Halbar
40%
 40% [ 2 ]
Celui de Lambègue
20%
 20% [ 1 ]
Total des votes : 5
 

AuteurMessage
Ouroboros
Impétrant
Impétrant
avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 26
Localisation : Probablement dans mon lit.

MessageSujet: Concours d'écriture   Sam 29 Jan - 17:02

Comme je suis de bonne humeur, et que quand je suis de bonne humeur ma seule préoccupation est d'ennuyer mon monde, je vous propose un petit jeu-concours. Le prix à gagner est un CD de Linux 10.10*

Le principe du jeu est simple, je vous donne un thème, une forme, et vous devez écrire. Le gagnant sera déterminé par un vote ouvert à tous, et il proposera le sujet suivant.

Je propose le premier sujet lundi à midi, et vous aurez jusqu'au lundi midi suivant pour poster.

Bon tapage de clavier !
*ou un lot de consolation si je n'ai plus de DVDs vierges.

_________________
Salut à toi Invité ! Comment vas-tu aujourd'hui ?
Une réclamation, une insulte, un quolibet, une lettre de dénonciation ? MP !

«Je donne mon avis non comme bon mais comme mien.»
Michel de Montaigne.


Dernière édition par Ouroboros le Lun 7 Fév - 19:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org/
Lambègue
habitué
habitué
avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Concours d'écriture   Dim 30 Jan - 1:15

Une fois le texte écrit, on le met ici ou on te l'envoie par MP, afin que les autres ne voient pas les textes avant le jour de fin du concours ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org
Ouroboros
Impétrant
Impétrant
avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 26
Localisation : Probablement dans mon lit.

MessageSujet: Re: Concours d'écriture   Dim 30 Jan - 2:59

Par MP plutôt. Oui et du coup je participe pas, j'avais pas franchement fait gaffe.

_________________
Salut à toi Invité ! Comment vas-tu aujourd'hui ?
Une réclamation, une insulte, un quolibet, une lettre de dénonciation ? MP !

«Je donne mon avis non comme bon mais comme mien.»
Michel de Montaigne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org/
Lambègue
habitué
habitué
avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Concours d'écriture   Dim 30 Jan - 18:46

Ouaip, du coup faudra tourner sur celui qui choisit le thème du concours.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org
Princesse Loudie
Impétrant
Impétrant
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 17/01/2011
Age : 26
Localisation : dans tes rêves...

MessageSujet: Re: Concours d'écriture   Dim 30 Jan - 22:11

Du coup faudra bien s'occuper d'Ouro cette semaine... Tu aimes les chocolats ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ouroboros
Impétrant
Impétrant
avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 26
Localisation : Probablement dans mon lit.

MessageSujet: Re: Concours d'écriture   Dim 30 Jan - 23:02

Le gagnant choisit le sujet suivant, sachant que s'il gagne à répétition, il ne choisit pas le sujet à chaque fois.

Je prend les chèques, les cartes de crédit, les billets d'opéra, le liquide, les bonnes conserves et bouteilles, des tomates cœur-de-bœuf de votre jardin (si vous m'en sortez en ce moment, je n'accepte pas), les bons fromages, un code civil édition 1804, les éditions reliées complètes et anglaises de Calvin & Hobbes, une capote militaire type conscrit armée rouge 1942.
Toutes autres propositions à me soumettre par MP pour éviter les impairs et déclencher mon courroux.

Je suis aisément corruptible, prenez moi par les sentiments.

_________________
Salut à toi Invité ! Comment vas-tu aujourd'hui ?
Une réclamation, une insulte, un quolibet, une lettre de dénonciation ? MP !

«Je donne mon avis non comme bon mais comme mien.»
Michel de Montaigne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org/
Ouroboros
Impétrant
Impétrant
avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 26
Localisation : Probablement dans mon lit.

MessageSujet: Re: Concours d'écriture   Lun 31 Jan - 14:06

Texte en prose, cinq pages word (time 12) maximum, 3 minimum.
Sujet : "le crépuscule des boucs"
Bon concours !

_________________
Salut à toi Invité ! Comment vas-tu aujourd'hui ?
Une réclamation, une insulte, un quolibet, une lettre de dénonciation ? MP !

«Je donne mon avis non comme bon mais comme mien.»
Michel de Montaigne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org/
Lambègue
habitué
habitué
avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Concours d'écriture   Lun 31 Jan - 14:57

Ah ah, l'intégrale anglais de C et H, j'ai vraiment bien fait la publicité^^
Pour le sujet, j'aime.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org
Princesse Loudie
Impétrant
Impétrant
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 17/01/2011
Age : 26
Localisation : dans tes rêves...

MessageSujet: Re: Concours d'écriture   Lun 31 Jan - 23:01

Les tomates coeur-de-boeuf... mon papy l'en fait, sauf que c'est devenu très fragile avec le mildiou... Enfin bref.
Sympa le sujet.
Ah et j'ai qu'Open Office, ça t'va ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ouroboros
Impétrant
Impétrant
avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 26
Localisation : Probablement dans mon lit.

MessageSujet: Re: Concours d'écriture   Mar 1 Fév - 18:37

Justement, j'en veux. Mais là, l'intégrale de C&H, c'est pas plus mal.

Open Office c'est parfait, c'est ce que j'ai aussi. T'façon c'est le bien.

_________________
Salut à toi Invité ! Comment vas-tu aujourd'hui ?
Une réclamation, une insulte, un quolibet, une lettre de dénonciation ? MP !

«Je donne mon avis non comme bon mais comme mien.»
Michel de Montaigne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org/
Ouroboros
Impétrant
Impétrant
avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 26
Localisation : Probablement dans mon lit.

MessageSujet: Re: Concours d'écriture   Dim 6 Fév - 20:23

Envisagez qu'il ne vous reste que jusqu'à demain pour m'envoyer vos œuvres.
Merci !

_________________
Salut à toi Invité ! Comment vas-tu aujourd'hui ?
Une réclamation, une insulte, un quolibet, une lettre de dénonciation ? MP !

«Je donne mon avis non comme bon mais comme mien.»
Michel de Montaigne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org/
Ouroboros
Impétrant
Impétrant
avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 26
Localisation : Probablement dans mon lit.

MessageSujet: Re: Concours d'écriture   Lun 7 Fév - 19:09

Trois participants donc.

Galanterie oblige, je vous propose d'abord le texte de Princesse Loudie.

Citation :
Le Crépuscule des Boucs c'était pas une fête comme les autres. Ah ça non ! C'était le jour que tout le monde attendait et parce qu'il n'arrivait qu'une fois dans l'année, c'était drôlement dur d'attendre.
Moi c'est Violine. C'est à cause de mes yeux que l'on m'a nommée ainsi. "Deux améthystes au crépuscule" comme disait mon grand-père. C'était un poète. Pendant les veillées, alors qu'il nous avait quittés depuis bien longtemps, on parlait encore de lui. Quand il était jeune, il avait parcouru le Monde et ça, c'était vraiment quelque chose pour notre clan. Jamais on n'avait osé s'aventurer par delà la Grande Muraille. "Et pour quoi faire ?" aurait dit ma mère. Et c'était vrai, on avait tout ce dont on avait besoin pour vivre. Le gibier ne manquait pas et la chasse était toujours fructueuse. Notre clan n'était pas bien grand et puis, la plupart du temps on ne s'occupait pas des affaires des autres. On s'aidait mutuellement pour des tâches communes mais ça s'arrêtait là.
Les seules occasions où tout le clan se réunissait, c'étaient les veillées. Elles se déroulaient à chaque pleine lune, sur la grande place. On se remémorait les histoires des ancêtres, mais on chantait surtout. Pour elle, là-haut. Qui brille et nous surveille, et qui nous enveloppe de sa lumière bienveillante. C'était ça que j'aimais par dessus-tout. Les chants. C'était magique et parfois, la Lune nous répondait. Quelques fois seulement. Elle faisait tomber ses rayons que par endroits, et des fois certains d'entre nous étaient inondés de sa lumière et on riait de cette si bonne blague que nous faisait la Lune. Quelques uns osaient même gravir la Muraille pour essayer de la toucher, sans succès.

C'est vrai que nous aurions pu grimper en haut de la Grande Muraille, pour voir comment c'était de l'Autre Côté. Mais notre confort nous était si précieux... Et nous avions énormément de place, personne n'empiétait sur le territoire de personne. Pour dire, lorsqu'on était juste au pied de la Muraille, on ne pouvait en voir l'autre extrémité tant elle était éloignée. Il fallait plus d'une journée pour l'atteindre. On avait fini par se dire que les choses devaient être ainsi et pas autrement.
Mais il y avait quelque chose qui nous intriguait tout de même. C'étaient les ruines.
Aussi loin que nous ayons pu nous rappeler, elles étaient là. Cela devait être fait pour des géants car nous étions bien minuscules comparés à la hauteur des murs encore debout. Ils étaient bien plus haut que la Grande Muraille. Les plus sages d'entre nous avaient tenté d'étudier ces étranges édifices sans pour autant percer le moindre mystère. Aussi avait-on fini par s'y habituer, au moins c'étaient de bons abris.

Le Crépuscule des Boucs disais-je.
L'évènement pour tous. La fête avait lieu aux premières journées d'automne, les feuilles des arbres n'étaient pas encore teintées de pourpre mais se paraient d'or. Et là, je cite grand père. On s'y préparait des mois à l'avance et les plus âgés regardaient leurs enfants en âge d'y participer avec fierté. Cette fête était spécialement conçue pour nous, les jeunes. On y célébrait la fin de l'année, espérant que la neige tombe tardivement cette fois-là.
Mais c'était surtout la cérémonie d'introduction des enfants en âge de chasser. S'ils étaient capable de rapporter une proie seuls, ils étaient considérés comme adultes et pouvaient participer aux chasses en groupe. Aux premières lueurs du crépuscule, alors que le paysage alentour prenait les couleurs du sang qui allait bientôt couler, les petits chasseurs se préparaient pour rapporter leur butin. Celui qui rapportait la plus grosse proie était sacré Grand Bouc du Crépuscule et avait de plus le privilège de manger seul ce qu'il venait d'attraper. Puis après le repas terminé, on se réunissait pour la Veillée Crépusculaire et le plus ancien d'entre nous racontait l'histoire de la fête.
A l'époque, lorsque j'avais atteint l'âge de participer à la cérémonie, c'était grand-père le plus vieux. Je me souviens de cette lueur dans ses yeux, emplis de fierté parce que j'avais ramené un très gros gibier. Et ce, même si j'avais été battue (de justesse je tiens à le préciser !) par Eclair-du-Crépuscule qui avait bien évidemment obtenu le titre de Grand Bouc. C'est vrai qu'il était prédestiné disaient les anciens, avec un nom pareil il n'aurait pas pu en être autrement. C'est tout de même injuste vous ne trouvez pas ?
Donc, ce soir-là grand-père raconta les origines de la cérémonie, il disait à peu près cela :
« Bien avant qu'aucun d'entre nous ne soit né, nos ancêtres foulaient déjà ces terres qui s'étendaient de la Grande Muraille de pierre à la Grande Muraille de fer. Mais les ruines étaient alors de grands bâtiments dans lesquels les géants se mouvaient avec aisance et nous étions leurs amis. Je sais qu'aujourd'hui, cela vous semble difficile à croire, et moi-même je doutais de leur existence ; jusqu'à ce que j'en croise quelques-uns lors de mon grand voyage à la découverte du Monde.
Je disais donc que nous étions les amis des géants. A ce moment-là, la chasse n'était alors qu'un plaisir car nous avions tout ce qu'il fallait. Personne ne savait exactement ce que faisaient les géants. Ils faisaient beaucoup d'allers-venues entre plusieurs espaces entourés de murets, dans lesquels dit-on, il y avait des monstres. Il y avait également des géants qui venaient nous rendre visite ainsi qu'aux monstres...
Mais un jour, tous les géants disparurent pour ne plus revenir. Il fallut donc que l'on organise des grandes chasses pour nourrir tout le monde et comme vous le savez, c'est lors du crépuscule que nous voyons le mieux, que tous nos sens sont en alerte. Si bien que l'on organisa les chasses à ce moment-là. Cependant, on s'est vite rendu compte que bon nombre d'entre nous n'étaient pas suffisamment doués à la chasse et ne faisaient que gêner le groupe et bien des soirs passèrent avec que peu de nourriture pour tous.
Alors, quelqu'un eu l'idée de sélectionner dès leur plus jeune âge les futurs chasseurs. S'ils n'étaient pas capables de ramener une proie ils ne pouvaient pas, par conséquent, participer aux chasses collectives et devaient retenter leur chance l'année d'après. On décida que cela serait une grande cérémonie pour motiver les aspirants.
Ensuite, on se demanda quand est-ce qu'on pouvait l'organiser. Au printemps, même un nouveau né pourrait attraper une proie tellement le gibier abonde. En été, nous ressentons moins le besoin de manger à cause de la chaleur. L'automne paru le mieux approprié pour ce grand événement car le gibier constitue ses réserves pour l'hiver, les oiseaux migrent et il devient par conséquent plus dur de chasser sans pour autant que ce soit non plus très difficile comme lorsque les premières neiges modifient le paysage.
C'est ainsi que le Crépuscule des Boucs fut inventé. Aujourd'hui on ne sait plus pour quelle raison les chasseurs qui se démarquent par leurs prouesses lors de la cérémonie sont appelés Boucs, mais vous qui avez obtenu le titre et qui m'écoutez, portez-le avec fierté car vous êtes les piliers de notre communauté. »

Il savait parler grand-père. Aujourd'hui, on le regrette encore. On se dit que s'il avait été là, il aurait su quoi faire lorsque le Jour du Retour des Géants arriva. Lui qui en avait rencontré en chair et en os, il aurait pu nous aider à comprendre leur comportement...
Grand-père nous racontait souvent son voyage à la découverte du monde. Il n'omettait aucun détail. De sa traversée de la Grande Muraille de fer à sa première rencontre avec un géant. Mais ce qui nous fascinait le plus dans son récit, c'était qu'il avait rencontré certains de nos semblables. Mais chose étrange, ils ne parlaient pas la même langue, si bien que grand-père ne su jamais communiquer avec eux. Pire même, il se fit chasser parce qu'il empiétait sur leur territoire. C'est vrai que dans notre communauté, la notion de territoire n'existait pas.
Son voyage avait duré plusieurs lunes et grand-père, qui était si excité à l'idée de découvrir le monde (qui s'avéra bien plus vaste qu'il ne le pensait), arriva à la conclusion que rien ne valait mieux l'endroit où nous vivions tous. Il n'y avait que peu de querelles et contrairement à nos congénères, nous ne nous battions pas pour la nourriture. Grand-père prenait grand plaisir à nous raconter les batailles qui opposaient deux grands chasseurs pour une proie et cela nous glaçait d'effroi, nous qui ne connaissions pas la faim.
Finalement, grand-père concluait toujours par la même phrase : « A quoi bon rêver au vaste monde alors que nous avons la chance d'en avoir un qui soit si doux à vivre ? ». Ce périple l'avait définitivement convaincu que le monde ne valait vraiment pas la peine que l'on s'y intéresse.

Cependant, comme nous ne voulions pas du Monde, c'est le Monde qui vint à nous.
Il choisit de faire son entrée lors de la cérémonie du Crépuscule des Boucs, un an après mon passage. C'était au tour de mes frères et sœurs de participer et Jade, une de mes sœurs, était pressentie pour devenir Grand Bouc. L'excitation était à son comble, le soleil tardait à se coucher. Lorsque tout s'embrasa autour de nous, le doyen lança le départ.
Mais la cérémonie n'eut jamais lieu.
Aussitôt que le départ fut donné, un grincement transperçant nos oreilles monta du sol et tous les jeunes allèrent se réfugier auprès de leurs mères. Nous étions stupéfaits, la Grande Muraille de fer venait de se fendre en deux pour laisser entrer deux géants. On nous ordonna de tous nous cacher. C'est dans un silence de mort que nous observions ces deux étranges créatures déambuler sur notre territoire, sans même nous voir.
Ma première pensée fut de me dire qu'ils n'étaient finalement pas si grands ces géants, et qu'ils n'avaient pas l'air d'être très à l'aise pour marcher. Puis je me demandais si ce n'était pas nous qu'ils cherchaient. Après tout, n'avions nous pas été amis dans des générations antérieures ? Mais la peur de l'inconnu me laissait paralysée. Comme tous les autres. Nos regards brillaient de curiosité mais nos membres tremblaient de peur.
Les géants ne restèrent pas longtemps. On entendit de nouveau ce grincement épouvantable et la fente de la Grande Muraille de fer disparu.
On décida de repousser la cérémonie, attendant de voir si les géants reviendraient.

Ils ne revinrent pas. Du moins pas tout de suite. Ils reparurent plusieurs jours plus tard, accompagnés d'autres congénères. Ils parlaient entre eux d'une voix forte, ils semblaient... enthousiastes. Oui, je pense que c'est le mot qui convient. Puis leurs visites se firent de plus en plus régulières. On cru qu'ils nous cherchaient, mais personne n'osait se montrer. Leur manège dura un petit moment puis aussi soudainement qu'ils étaient venus, ils disparurent.
On pensa alors qu'ils ne reviendraient plus jamais, que notre petit train de vie reprendrait son cours paisible et que tout ceci serait vite oublié.
On fini par le croire. Mais au printemps, les géants étaient de nouveau là. Avec d'étranges monstres de métal. Ils faisaient un boucan d'enfer qui fit fuir le gibier. D'immenses bras de fer s'abattirent sur la Grande Muraille qui se brisa en milles morceaux. Bientôt, notre territoire fut envahi de toutes parts et nous ne savions plus où nous cacher. Et finalement, ce que nous redoutions arriva. Les géants nous trouvèrent.
Le vacarme que faisaient les monstres de métal s'interrompit et un attroupement de géants nous encercla. A cet instant, je crus que tout ce que nous avait raconté grand-père allait se produire de nouveaux. Que nos anciens amis, perdus autrefois, nous avaient enfin retrouvés. Mais je me trompais lourdement...
Ils partirent. Tout simplement. La journée passa et nous étions désorientés. Certains d'entre nous disaient qu'il fallait fuir, passer la Grande Muraille et s'établir ailleurs. Mais d'autres se souvenaient des récits de grand-père, et nous avions peur de ce qu'il pourrait nous arriver si nous décidions de partir. Quelques-uns préférèrent tenter leur chance dans le vaste monde qui s'étendait au delà de la Grande Muraille de pierre, déjà mise à mal par les monstres qui la regardaient, immobiles. Prêts à la réduire en miettes. On n'a plus jamais eu de leurs nouvelles.
Finalement, le lendemain, de nouveaux géants firent leur apparition. Nous mourrions de faim. Personne n'avait osé partir chasser, de peur que notre groupe soit menacé. Les plus vaillants chasseurs préféraient défendre la communauté. Je faisais partie de ceux-là.
Il y avait quelque chose de différent chez les nouveaux-venus. Je n'avais pas spécialement peur d'eux, juste un peu de méfiance. L'un d'eux s'approcha et tendit la main. Il essaya de m'attirer à lui mais je me débattis. Ce fut le signal de la débandade. Tout le monde s'enfuit dans toutes les directions. J'entendis vaguement leurs voix rauques gronder dans mon dos, exprimant sans doute de la colère. Ils renoncèrent à nous pourchasser et pendant quelques temps, les monstres de métal restèrent sages.
On en profita pour se réunir, prendre une décision. L'ancien décida qu'il était temps de partir loin de la Muraille de Fer. On se réfugia à l'autre bout de notre territoire, près de la Muraille de pierre qui n'avait pas encore été attaquée. Sauf que les monstres se rapprochaient de plus en plus de nous et là, on crut que c'était la fin. Le gibier avait fuit depuis longtemps et il était difficile de nourrir tout le monde. Les plus agiles escaladèrent la Grande Muraille et partirent s'établir ailleurs. A la fin du printemps nous n'étions plus qu'une poignée de survivants.
Et les monstrueux bras de métal stoppèrent leur progression. Petit à petit ils rentrèrent chez eux. Et on ne les revit plus. L'été arriva. Les géants poursuivaient leurs étranges activités, les ruines avaient disparu. Une grande partie de la muraille aussi. On avait découvert de nouveaux endroits où le gibier était facile à capturer.
Je me risquais parfois à aller voir ce qu'ils faisaient. Des grands bâtiments. Je me demandais bien à quoi cela pouvait leur servir. Je me doutais bien que c'était pas pour nous. Et en effet, alors que le Crépuscule des Boucs aurait dû avoir lieu, un grand nombre de ces étranges créatures déferla dans ce paysage nouveau. Mais pas seulement le jour. La nuit aussi.
Face à ce problème, alors qu'on s'était sacrifié pour rester dans notre Petit Monde, on décida de s'en aller. Et ça... Ça me fait encore mal aujourd'hui.


Voilà, j'en ai fini avec mon histoire. Comme vous le savez on a fini par s'installer ici. Le Crépuscule des Boucs n'est plus qu'un ancien souvenir maintenant. Il faut dire qu'on n'en a plus besoin. N'oubliez jamais que certains de ces géants que l'on appelle humains font parfois des choses inexplicables, et que celles-ci peuvent nous nuire. Parfois ils peuvent être nos amis, et quelques fois non. Alors prudence...
Un chat méfiant est un chat vivant.


Vient ensuite celui d'Atalante.

Citation :
Alain entrouvrit les paupières, encore sonné du coup qui l'avait violemment assommé. Ses sens encore troublés peinaient à reconnaître l'endroit ou il se trouvait. Il était pieds poings liés sur une grande pierre d'obsidienne, à sa connaissance la seule des environs se trouvait sur la colline surplombant le village. Une lourde odeur de charnier flottait dans l'air brûlant du crépuscule d'été et se mêlait aux fragrances entêtantes provenant de la forêt de pins environnante. Mélange subtil de végétation en décomposition et de résine. L'odeur fade du sang séché acheva de réveiller le vieil homme. Atroce spectacle que celui qui s'offrit à ses yeux, que la brume de l'inconscience recouvrait encore. Un groupe de sombres acolytes encapuchonnés avait pris possession de cette colline familière et entassait les cadavres dépecés de villageois abattus comme des bêtes dans un sanglant amoncellement de débris humains. Aucun visage n'était reconnaissable dans un camp comme dans l'autre, qu'il fut dissimulé par un masque de sang ou de velours.
Une jeune femme dont la chevelure avait la couleur des champs de blés qu'on moissonnait en cette période de l'année était la seule au visage révélé. Penchée sur lui elle murmurait au creux de son oreille, d'une voix douce au rythme effréné une litanie d'agonie, un torrent de mots qu'il pouvait individuellement comprendre sans que leur tout n'ai aucun sens. Alain n'avait pas peur des sectateurs encapuchonnés. Ces pauvres diables adoraient la sculpture satanique d'un bouc gravé dans le bois, rendant hommage à leur maître démoniaque. Leur sombre sacerdoce était dégoûtant mais relevait ici de la plus triste banalité, leur culte impie était connu et traqué. Les yeux de la jeune femme ne lui renvoyaient en revanche qu'un impénétrable regard de tempête. Nulle folie dans ces iris gris, rien de violent, rien de dément. Rien d'autre qu'un vide terrifiant, deux abîmes de souffrance qui lui renvoyait son reflet épouvanté.
Elle dégagea des profondeurs de la lourde chape noire qui l'encombrait une dague recourbée et souillée de sang, au manche de bois et a la lame d'obsidienne. Alain contemplait sa propre fin, un sinistre privilège de sa grave situation. La lame s'enfonça brutalement dans le crucifix de bois grossier qu'il portait autour du cou. Aucune surprise ne vint illuminer l'abîme d'acier dans lequel Alain plongeait son regard. Stoïque, la jeune femme lui arracha son talisman pour le rejeter au charnier. Alors qu'elle était prête a en terminer avec le vieil homme, des coups de feu claquèrent a l'opposé de la clairière.
Les villageois revenaient en nombre pour arracher leurs disparus à la secte satanique. La jeune femme se retourna vers eux et reprit sa mélopée tourmentée. Un sort funeste s'attachait a ses pas. Ce sombre archange révéla deux revolvers dissimulés dans son vêtement et engloutit alliés comme adversaire dans un ouragan de métal et de feu. Quand elle eu enfin vidé ses armes et sa haine plus rien ne vivait, rien ne subsistait qu'un nouveau carnage. Elle se retourna alors vers Alain son couteau à la main et son intolérable murmure à la bouche. Le seul témoin de sa mort prochaine était le bouc de bois qui contemplait le crépuscule de la vie et du jour.
Le vieil homme se réveilla en sursaut. Il était chez lui, dans son lit. En nage et épouvanté par le cauchemar qui venait de le tourmenter. Assoupi dans la chaleur d'un crépuscule d'été il s'était laisser emporter. Ses yeux se posèrent immédiatement sur l'horrible statuette qui avait sans doute inspiré son rêve. Le bouc sculpté dans le bois, trônant sur sa table de chevet semblait le suivre de ses orbites vides a mesure qu'il s'en approchait pour s'en débarrasser. Au moment ou ses doigts effleurèrent sa surface il s'arrêta tétanisé par la terreur. Il entendait à nouveau les murmures. Rendu fou par la panique il se précipita dehors pour vérifier la présence des villageois. Ils étaient bien là … attirés par une silhouette au vêtement d'ébène et a la chevelure d'or ...


Enfin, en dernier, celui de Lambègue, que j'ai un peu forcé à m'envoyer un texte malgré ses réticences devant son manque total d'inspiration. Le texte est assez ... surprenant.

Citation :
Edgard releva ses mains du clavier, liquida le verre de whisky qui se trouvait à coté de lui, puis reporta ses yeux sur l'écran de son ordinateur, et effaça d'un geste résolu et sans le moindre regret les deux pages qu'il avait déjà écrit. Dans sa tête commençait à tourner l'habituelle rengaine de ses mauvais jours d'écriture, rengaine que l'on pourrait résumer à : « bordel de merde de putain de chiotte, sujet de merde, texte de merde, ordinateur de merde, vie de merde », même si la version originale qui tournait dans sa tête était probablement plus désordonnée, et agrémentée de quelques insultes supplémentaires, ayant au moins l'avantage sur ses textes d'être imaginatives.
Mais Edgard était du genre obstiné, parfois maladivement, et il reprit immédiatement son travail : ce journal était prêt à le payer presque mille euros pour son texte sur le crépuscule des boucs, alors il comptait bien faire quelque chose. Rien que par ce qu'il lui faudrait bien faire des courses un jour, quand voler des oeufs à son voisin ne serait plus suffisant pour se nourrir tous les jours (il songea un instant qu'il aurait pu vendre une partie des oeufs qu'il volait, et acheter autre chose avec : mais il chasse cette pensée de sa tête, par ce que ce n'était vraiment pas le moment, surtout dans la mesure ou l'on n'avait jamais entendu parler d'un bouc qui ait pondu des oeufs, et ce même au crépuscule. Il pensa un « Nature de merde, boucs de merde, anatomie de merde », puis réalisa que l'image d'un bouc avec un oeuf lui sortant de l'anus était de par trop ridicule, et qu'au fond, les choses étaient peut être mieux ainsi.).
Il regarda son écran, et pour la huitième fois, rouvrit une nouvelle page Word. Il avait quelques petites superstitions, et il refusait de commencer un texte dans un fichier qui avait déjà servi pour un écrit infertile qu'il avait du effacer. Ce fut donc « Sans titre 1 », immédiatement rebaptisé « Boucdetarace » par ses soins (après les fichiers « Texte : Le crépuscule des boucs », « Le crépuscule des boucs », « Crépuscule boucs », « boucs », « b », « bouc de merde » et « bouc dans le cul »), qu'il attaqua, sur une phrase qui, en elle même, promettait un nouveau raté :

« Quand la nuit tombe...Cet instant ou le soleil est entre ciel et terre, ou la vie semble s'arrêter...L'instant ou tout est immobile...L'instant de vérité suprême...L'instant des boucs ».

Il considéra un instant sa phrase, puis considéra un plus long instant son verre de whisky vide, puis son verre de whisky plein, puis son verre de whisky vidé, avant de revenir sur son texte, et de décider, pour voir, de mettre ça en vers.

« Lorsque la nuit tombe
C'est une hécatombe
Et le soleil reste
Comme la vie reste
Entre ciel et terre
C'est un instant d'éther
Le moment des boucs... »

Et bordel, pourquoi les boucs ? Pourquoi le seul animal pour lequel ce soir il n'arrivait pas à trouver une rime ? Ils voulaient vraiment le faire chier, quand ils lui avaient demandé ce texte, à ce journal...Et puis d'abord qu'est ce que pourrait bien faire un journal d'un texte sur les boucs ? Ils pouvaient pas demander un truc normal, ou un homme et une femme se rencontrent, s'aiment, baisent, se disputent, se réconcilient, baisent, se marient, puis baisent tout le reste de leur vie, comme dans la réalité ? Qu'est ce qu'ils venaient le faire chier avec leurs histoires de boucs, et puis tiens, puisque c'était comme ça, fermeture du poème, ouverture d'un nouveau document, « Au crépuscule j't'encule », et début d'écriture d'un texte qu'au moins, il pourrait toujours refourguer à une de ses quelconques revues porno hard.
Quand il eut terminé (sur la mort du bouc protagoniste, qui avait pourtant consacrer sa vie à satisfaire sexuellement tous les paysans et paysannes qui passaient par son champ au crépuscule, une histoire sur laquelle il n'est probablement pas nécessaire de s'attarder), il se sentit mieux, ouvrit sa messagerie, et envoya un courrier fort poli à son client le plus régulier, une revue au nom fort évocateur d' « Ejac 2000 », ou la qualité du texte était aussi lamentable que la qualité du papier qui servait à imprimer quelques lignes de dégueulasseries, et quelques photos mal retouchées par photoshop. Envoie du mail (avec formule de politesse, évidement), et hop, ce serait toujours cinquante euros dans la poche, et maintenant fermeture de ce fichier, ouverture d'un nouveau, et on va s'intéresser sérieusement à ce texte sur le crépuscule du bouc.
Edgard ne prit pas la peine de renommer le fichier (la lassitude commençait à très sérieusement le gagner, et il n'avait plus de whisky, depuis le milieu de son texte zoophile il carburait au jaune d'oeuf, ce qui lui avait vaguement donné la nausée), et écrivit les choses telles qu'elles lui passaient par la tête.

« Bonjour comment allez vous mais la vie se passe bien il y a des petits renards qui gambadent dans la prairie demain je dois aller voler des oeufs putain putain putain mais pourquoi il fait pas sortir des tomates du cul de ses poules, ce connard de fermier, les oeufs tout seul c'est pas bon, et j'ai la gerbe, et faudra que je trouve moyen de me procurer du whisky c'était la dernière bouteille hirondelle jouvencelle tourterelle pucelle puceau plus sot plus con comptable et con chaise, ha ha ha, ha ha ha, »

, et ainsi de suite pendant deux heures, huit oeufs, et une très respectable trentaine de pages word, sans changement de paragraphe. Puis, emporté dans un élan créatif qu'il aurait appellé ivresse furieuse s'il avait encore eu la moindre honnêteté, ce n'est pas qu'il était malhonnête, mais franchement les oeufs il en avait assez et il avait besoin de ces 1000 euros (même si entretemps il avait appris que toute l'équipe de rédaction d'Ejac 2000 avait été très enthousiasmée de son texte, et qu'il figurait au programme de leur prochain numéro, spécial sodomie animale, dont on lui avait dévoilé la couverture, ce qui expliquant probablement les quelques lignes sur les phallus de chevaux dans son paragraphe de trente pages, juste après la réflexion sur la possibilité de repeindre les robes de prêtres en jaune à pois bleus, et juste avant une série de maximes révolutionnaires visant à la libération des moucherons péruviens.), alors il comptait bien optimiser ce texte. Ainsi, art suprême, il ajouta à son paragraphe :

« BOUC
CREPUSCULE
BOUC
CREPUSCULE
BOUC
CREPUSCULE
BOUC
CREPUSCULE
BOUC
CREPUSCULE »

sur cinq colonnes, pendant sept pages, avant de finir sur une dernière phrase :

« Ainsi se termine la contemplation du bouc au crépus »

, à l'air vaguement non achevé, car il fallait bien qu'il aille vomir ses jaunes d'oeufs à un moment ou à un autre.
Sur ce, il signa, pour sa santé mentale décida de ne pas relire son texte, l'envoya avec une jolie formule de politesse, alla chercher le vieux fusil de son grand père, et occupa sa journée à abattre tous les boucs dans un rayon de cinquante kilomètres en attendant la réponse du journal, qui fut assez ravi finalement de son texte pour lui demander un papier sur « La paraskévidékatriophobie des morpions » pour le numéro du mois suivant.

Vous avez jusqu'à samedi pour voter, la gagnant a jusqu'à lundi midi pour donner un nouveau sujet.

_________________
Salut à toi Invité ! Comment vas-tu aujourd'hui ?
Une réclamation, une insulte, un quolibet, une lettre de dénonciation ? MP !

«Je donne mon avis non comme bon mais comme mien.»
Michel de Montaigne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org/
Lambègue
habitué
habitué
avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Concours d'écriture   Lun 7 Fév - 19:33

Le texte de Loudie : il a des qualités. Enfin ce n'est pas un mauvais texte. Ainsi c'est strictement personnel, si, que ce soit stylistiquement ou pour l'histoire, je n'ai absolument pas aimé. On va encore dire que je ne fais pas preuve de demi mesure, et peut être bien, mais vraiment, ce n'est pas passé, et je ne suis absolument pas sensible à cet univers. Ne le prend pas mal, Loudie.

Le texte d'Atalante : une surprise. Pas tant dans le thème, au final c'est plutôt bien son style, mais dans la qualité de l'écriture et du traitement. J'ai adoré, c'est puissant, évocateur, surprenant, beau, intelligent, bref c'est un texte particulièrement réussi. En plus le final est assez cynique, et m'a un peu rappelé certaines nouvelles de Stephen King.

Le texte...De...Moi... : Euh...Ben il y a pas grand chose à rajouter à ce qu'à dit Ouroboros, hein ? C'est écrit en une heure, par ce qu'il m'a poussé à le faire. Passons sur cette expérience, je vous promet un meilleur texte au plus vite.

Donc mon vote va à Atalante, sans hésitation.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org
Ouroboros
Impétrant
Impétrant
avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 26
Localisation : Probablement dans mon lit.

MessageSujet: Re: Concours d'écriture   Lun 7 Fév - 21:19

J'aime bien celui d'Atalante, même s'il aurait sans doute gagné à un peu plus de développement. J'ai aimé le texte de Princesse Loudie jusqu'à la fin, et à la fin ... ben j'aime plus du tout. La chute est banale, la morale à vomir, on dirait du Avatar. Du coup, je peux pas.
Et puis le texte de Lambègue m'a fait rire.

_________________
Salut à toi Invité ! Comment vas-tu aujourd'hui ?
Une réclamation, une insulte, un quolibet, une lettre de dénonciation ? MP !

«Je donne mon avis non comme bon mais comme mien.»
Michel de Montaigne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org/
Halbar
Impétrant
Impétrant
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 16/01/2011

MessageSujet: Re: Concours d'écriture   Mar 8 Fév - 0:00

Bien ma foi, j'ai trouvé le texte d'Atalante excellent. Je suis fiers de pousser cet écrivain en herbe à exprimer son talent bien réel. C'est une histoire courte mais efficace, qui vous emporte, qui fait ressentir des choses. Son esprit d'un monde désespérément dénué de sens et absurde transparaît encore et toujours ce petit bijoux. Continue sur cette voie, elle te réussira.

Ensuite, Princesse Loudie, j'ai bien aimé ton texte et je trouve les critiques de Lambègue un peu sévère. Toutefois, il l'a avoué lui même, ton talent est moins en question que la sensibilité qu'il a pour ton monde. La critique est donc à relativiser. Comme Pierre je trouve ta chute trop fragile. Elle aurait pu être meilleure. Cependant, j'ai passé un agréable moment tout au long de la lecture. Alors merci et ne lâche rien.

Enfin, Lambègue, tout de même...ta passion pour le scabreux transparait ce texte et je trouve cela un peu déplacé dans le cadre d'un exercice pareil. Ta chute m'a fait mourir de rire, je dois l'avoué, tu le sais je suis sensible à ton humour. toutefois il faut avouer que ton texte, comme tu l'as avoué, n'est pas fameux et arrive nécessairement en dernière place selon moi sur les trois textes. J'attends mieux de toi pour le prochain concours en espérant que Atalante choisira un sujet d'enfer, car je le vois bien gagnant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ouroboros
Impétrant
Impétrant
avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 26
Localisation : Probablement dans mon lit.

MessageSujet: Re: Concours d'écriture   Mer 9 Fév - 18:57

Quatre votes, une dizaine d'inscrits. Rappelez les autres, dites leur de voter. Le vote se clôturera tout seul vers samedi soir, alors pensez à voter.

_________________
Salut à toi Invité ! Comment vas-tu aujourd'hui ?
Une réclamation, une insulte, un quolibet, une lettre de dénonciation ? MP !

«Je donne mon avis non comme bon mais comme mien.»
Michel de Montaigne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org/
Lambègue
habitué
habitué
avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Concours d'écriture   Mer 9 Fév - 19:07

Ouais, en même temps on va pas passer notre vie à rappeler les autres, au bout d'un moment tant pis, on prévient une dernière fois, et puis c'est marre, en attendant faudrait plutôt trouver d'autres membres vraiment motivés.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org
Ouroboros
Impétrant
Impétrant
avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 26
Localisation : Probablement dans mon lit.

MessageSujet: Re: Concours d'écriture   Mer 9 Fév - 20:22

En trouver d'autres oui, mais aussi motiver les présents. Même les modos dorment !

_________________
Salut à toi Invité ! Comment vas-tu aujourd'hui ?
Une réclamation, une insulte, un quolibet, une lettre de dénonciation ? MP !

«Je donne mon avis non comme bon mais comme mien.»
Michel de Montaigne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org/
Junichiro Tanizaki
Novice
Novice


Messages : 8
Date d'inscription : 21/01/2011

MessageSujet: Re: Concours d'écriture   Jeu 10 Fév - 3:37

Je tiens tout d'abord à remercier les trois écrivains pour ces trois textes assez intéressant chacun de leurs manières.
Pour ma part, j'ai trouvé le texte de Loudie fort intéressant, l'univers m'a quand même bien plu, la chute m'a aussi bien refroidi malheureusement.
Je donne mon vote à Atalante pour son texte assez épatant que ce soit dans le style d'écriture, l'idée sur le thème du crépuscule des boucs et l'univers.
Je tiens tout de même à donner une mention spéciale pour Lambègue qui nous a certes offert un texte d'une qualité douteuse mais qui m'a tout de même fait pleurer de rire, oui, j'aime ce type d'humour!
Voilà voilà sur ce bonne nuit!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lambègue
habitué
habitué
avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Concours d'écriture   Dim 13 Fév - 0:39

Bravo à Atalante pour avoir gagné ce premier concours, à lui de nous choisir un sujet, donc.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org
Liyat
Novice
Novice
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 26
Localisation : Vaaleter

MessageSujet: Re: Concours d'écriture   Lun 14 Fév - 14:36

Bien voici le nouveau sujet vous avez jusque dans une semaine soit lundi midi pour m'envoyer vos écrits par Mp qui se chargera de les poster pour moi. Plutôt que de désigner arbitrairement un thème je préfère vous donner quelques directions générale afin que le concours soit plus ouvert. Vous devrez traiter du sang et de la folie et je vous impose de dévelloper un personnage principal que ce soit graphiquement ou psychologiquement même si vous avez le droit d'avoir de seconds couteaux. Et du coup je ne participe pas.

_________________
Si tu crois que la violence ne résous rien, c'est que tu n'as pas tapé assez fort.


Dernière édition par Ouroboros le Lun 14 Fév - 20:53, édité 1 fois (Raison : C'est pas à moi qu'il faut envoyer les textes ! Je veux écrire moi aussi !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse Loudie
Impétrant
Impétrant
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 17/01/2011
Age : 26
Localisation : dans tes rêves...

MessageSujet: Re: Concours d'écriture   Lun 14 Fév - 21:46

Atalante a écrit:
Bien voici le nouveau sujet vous avez jusque dans une semaine soit lundi midi pour m'envoyer vos écrits par Mp qui se chargera de les poster pour moi.

Euh oui mais alors à qui au juste ?


Citation :
Vous devrez traiter du sang et de la folie et je vous impose de dévelloper un personnage principal que ce soit graphiquement ou psychologiquement même si vous avez le droit d'avoir de seconds couteaux.

J'ai pas compris le sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ouroboros
Impétrant
Impétrant
avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 26
Localisation : Probablement dans mon lit.

MessageSujet: Re: Concours d'écriture   Lun 14 Fév - 22:16

Atalante est un peu schizophrène. Il est son propre reroll.


Sujet, beeen ... du sang, de la folie, et une personnage principal très développé.

_________________
Salut à toi Invité ! Comment vas-tu aujourd'hui ?
Une réclamation, une insulte, un quolibet, une lettre de dénonciation ? MP !

«Je donne mon avis non comme bon mais comme mien.»
Michel de Montaigne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org/
Lambègue
habitué
habitué
avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Concours d'écriture   Lun 14 Fév - 23:28

Ouroboros, ton utilité m'épatera toujours.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org
Ouroboros
Impétrant
Impétrant
avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 26
Localisation : Probablement dans mon lit.

MessageSujet: Re: Concours d'écriture   Mar 15 Fév - 19:56

Ne me flatte pas.

Atalante, je donnerai ton ISO de Linux à Halbar, je devrais le voir bientôt.
Ne me remercie pas, c'est encore une démonstration de ma flagrante inutilité, donner Linux à un noob. Peut-être nu déclic, qui sait.
Tu mets qqch en jeu pour le gagnant ?

_________________
Salut à toi Invité ! Comment vas-tu aujourd'hui ?
Une réclamation, une insulte, un quolibet, une lettre de dénonciation ? MP !

«Je donne mon avis non comme bon mais comme mien.»
Michel de Montaigne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Concours d'écriture   

Revenir en haut Aller en bas
 
Concours d'écriture
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Résolu]Possibilité d'écriture en italique
» *lettre simple, à écriture rouge sang sur fond noir* Chers Gardes.
» Vitesse d'écriture au clavier
» Les métiers autour de l'écriture...
» Vitesse d'Écriture

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Musée des savoirs :: Domaines :: Littérature :: Vos écrits-
Sauter vers: