La culture est l'opium de l'intellect
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Meilleurs posteurs
Lambègue (215)
 
Ouroboros (177)
 
Princesse Loudie (112)
 
Halbar (57)
 
Koiran (33)
 
Mirë (25)
 
Liyat (20)
 
Junichiro Tanizaki (8)
 
Yukee (8)
 
Nebkhéperourê (6)
 
Liens
Maître Eolas
Ed Wood's Web Worst Page

Bouletcorp
Le Blog d'Un Odieux Connard


Partagez | 
 

 Calvin et Hobbes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ouroboros
Impétrant
Impétrant
avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 26
Localisation : Probablement dans mon lit.

MessageSujet: Calvin et Hobbes   Jeu 27 Jan - 19:47



S'éclaircissant la voix, un vieux professeur prend la parole dans un amphithéâtre dépeuplé. Un élève s'en va, un autre se réveille, constate, se rendort. On dirait presque mes cours de droit constitutionnel allemand
'jour. Notez, Calvin & Hobbes, l'analyse anthropologique et son application à la société américaine moderne. Donc nous allons ici faire l'analyse comparative de l'œuvre de Jean Calvin et de Thomas Hobbes et leur influence conjointe sur la société américaine actuelle.

suicide d'un élève par ingestion de son MacBook (c'est pas une perte)

Je vous rappelle pour mémoire que le Léviathan de Hobbes est directement inspiré de la morale protestante calviniste, et que cet abandon de la personnalité morale à l'état est doublée par Calvin d'une soumission totale et librement consentie de la morale humaine personnelle à la divinité.

un élève va pour se pendre avec les câbles de son PC après avoir tenté de s'ouvrir les veines à l'aide de son style plume. Soudain, les portes de l'amphi volent, des élèves entrent en trombe et s'installent partout, l'amphi est plein, le prof arrache son masque et clame « Please let me introduce to youuuu …Calvin & Hooooooobbes » !

Maintenant que j'ai réussi à perdre et à capter votre attention dans la même minute, je peux vous parler de mon sujet du jour : Calvin & Hobbes.

Calvin & Hobbes est donc une bande dessinée américaine dont l'auteur est Bill Watterson, édité en France aux éditions Hors Collection (ce qui est tout de même un comble pour une série qui compte 24 albums, convenons-en).

Cette série a commencé en 1985 et ne comptera pas plus de 24 albums, le dessinateur ayant hélas pris sa retraite en 1995.

Calvin est un enfant américain de six ans comme il y en a tant, vivant avec ses parents dans la banlieue comme il y en a tant d'une grande ville comme il y en a tant.
Il a pour seul ami Hobbes, son tigre en peluche, à qui il prête vie, ce que les autres ne lui concèdent pas (étonnant non ?). Même si le tigre est en peluche, il reste animé d'une vie propre, à moins que Calvin ne soit schizophrène (Hobbes fait ses devoirs, l'attaque, bref, vit réellement pour Calvin).
De toutes manières peu importe, l'un sans l'autre n'existe pas vraiment.


Cynique et misanthrope.

Les bande dessinées sont une série d'histoires courtes (un strip à quelques pages pour les plus longues) et drolatiques dans lesquelles ont trouvera parfois une réflexion philosophique sur la vie, la mort, le travail, la société, la nature, l'Homme, ses propres actes et leurs conséquences, …). Et le plus souvent, il n'y a pas vraiment de morale, l'histoire est juste drôle, et on prend plaisir à lire et à relire les albums. Personnellement, je ne m'en lasse pas.
Les thèmes sont multiples : les rapports familiaux, les jeux de Calvin et Hobbes, l'école, la découverte de la société par un enfant, la télévision, les autres, … bref tout ce qui peut concerner un enfant de six ans, qui fait parfois preuve d'une telle intelligence qu'il semble parfois bien plus âgé … jusqu'à élever de vers de terre vivants dans le sac à main de sa mère, ce qui nous confirme bien que, résolument, il n'a que six ans.

Parlons un peu des autres personnages.
Le père est une quelque chose comme un cadre, il bosse dans un bureau sur des projets. Il fait souvent preuve de cynisme, et quand Calvin lui pose une question à laquelle il n'a pas de réponse, il lui invente une réponse plus ou moins absurde (vous saviez que pour savoir quel est le poids limite qu'on peut faire passer sur un pont, on fait passer des camions de plus en plus lourd jusqu'à écroulement, puis on reconstruit le pont ?).
On retiendra particulièrement de lui son « Cela forge le caractère », qu'il donne comme justification par exemple à envoyer Calvin pelleter la neige dans l'allée devant la maison.

La mère est d'abord mère au foyer, puis devient active, mais toujours elle restera débordée par Calvin et ses bêtises. Car ce qu'il y a de bien avec ces bêtises, c'est qu'elles sont toujours imprévisibles et inattendues. Calvin la fait régulièrement tourner en bourrique, particulièrement lorsqu'il s'agit qu'il prenne son bain. Je ne me souviens pas que la mère soit ressortie sèche de la salle de bain après avoir fait prendre son bain à Calvin.

Suzy est la petite fille des voisins. Elle aussi six ans, « camarade » de classe de Calvin, qui lui fait des crasses quand il le peut. Elle est pour lui la représentation de tout ce qui est féminin, lui qui considère l'homme comme largement supérieur à la femme (pas de polémique inutile, je soupçonne fortement que cette croyance soit issue d'une volonté de justifier ses jeux, comme par exemple lui jeter des pommes pourries, ou des boules de neige). Il fait tout pour se rendre insupportable, et elle le lui rend bien. Deux enfants qui jouent en se faisant des crasses.

Moe est une brute, un gamin de l'école qui a dû redoubler plusieurs fois. Symboliquement l'opposition de l'intelligence à la force brute, peut-être.

Miss Wormwood est l'institutrice de Calvin. Elle attend la retraite, car cela signifie qu'elle sera enfin débarrassée de Calvin, qui s'il n'est pas bête (et il ne l'est pas), ne fait strictement rien pour apprendre ses cours et travailler. Selon Calvin, « elle est passée à deux paquets par jour, sans filtre ».

Rosalyn est la baby-sitter. Elle fait payer aux parents des sommes astronomiques, car le gosse n'est vraiment pas calme, et c'est la seule solution pour les parents pour sortir de temps à autres à deux le soir. Calvin fait tout pour se rendre insupportable, et elle fait tout pour le calmer, sans aucun succès bien entendu.

Il y a cependant un strip où elle parvient à faire obéir Calvin, autant en le prenant à son propre jeu que parce que sans doute symboliquement, Calvin grandit. C'est le dernier strip où l'on voit Rosalyn, dans le dernier album.

Les autres personnages sont ponctuels, et de toutes manières je vous laisse les découvrir.

Je voulais aussi ajouter que Calvin a une imagination débordante dans tous les domaines. Il joue avec tout, et n'importe quoi devient pour lui quelque chose de nouveau. Un 3 dans ses cahiers devient un ptérodactyle lorsqu'un 2 lui fait penser au dos et à la tête d'un diplodocus. Il a une grande passion pour les dinosaures et ses inventions, joue au Calvin Ball (un jeu absurde). Autre exemple, dès qu'il neige, il fait des bonhommes de neige tous plus délirants les uns que les autres. D'ailleurs, à la vue de ces bonhommes de neige, n'importe quel parent enverrait son gamin voir un psy.


Je termine ici ce court article en me permettant une conclusion : Calvin & Hobbes est une des meilleures BD américaine que je connaisse, pour ne pas dire la meilleure (que je connaisse ?). Elle met en scène le plus banal qui soit, un petit garçon de six ans, qui porte sur le Monde un regard à la fois émerveillé et désabusé, qu'on voit vivre toujours le même et pourtant toujours nouveau.

Avec un peu d'imagination, ce petit garçon préfigure le monde de demain, et vu comme ça, c'est pas magnifique.


Vous pardonnez un article aussi court, mais mon but n'est pas de vous spoiler l'œuvre, mais de vous inciter à la découvrir.

Une dernière chose : oubliez l'introduction, elle n'a aucun sens. Et c'est promis, j'arrête la coke quand j'écris pour ce forum.

Et par nostalgie, le dernier strip du dernier album, une invitation.

_________________
Salut à toi Invité ! Comment vas-tu aujourd'hui ?
Une réclamation, une insulte, un quolibet, une lettre de dénonciation ? MP !

«Je donne mon avis non comme bon mais comme mien.»
Michel de Montaigne.


Dernière édition par Ouroboros le Dim 30 Jan - 13:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org/
Lambègue
habitué
habitué
avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Calvin et Hobbes   Jeu 27 Jan - 20:19

Je l'ai déja évoqué dans mon article sur Peanuts, Calvin et Hobbes est une bande dessinée brillante.
Personnellement je n'en ai aucun volume, mais j'en ai lu pas mal lors de mes longues heures de "travail" à la médiathèque de mon Lycée (oui, elle avait une quinzaine de tomes, sur 24, c'était d'ailleurs une des choses les plus respectables de cette médiathèque, dont je garde globalement un bon souvenir, mais pas pour ses livres. Bref.). C'est une erreur regrettable. Après se pose l'éternel problème des éditions françaises ; l'ordre de parution est bordélique, et rarement très chronologique, ce que je trouve dommage pour une bd ayant eu une telle édition. Donc si j'achète un jour, ce sera en anglais.

Pour la qualité du comics : c'est drôle, déjà, tout en restant d'une finesse assez impressionnante. Avec un cast de personnages relativement limité, l'auteur parvient à se renouveler continuellement, réutilisant ses situations avec un brio qui force l'admiration.
Ensuite, le trait est agréable, surtout à partir du moment ou il se permit la liberté de changer le nombre de cases par gags, et la disposition de celles ci pour les sundays strips.

Enfin, ajoutons une conclusion à la série absolument géniale, le dernier strip est fort intense émotionellement parlant.

Cependant, à mes yeux, Calvin et Hobbes est loin d'atteindre la complétude de Peanuts ; Schulz a finalement développé un univers plus vaste, que ce soit dans le monde réel ou dans l'imaginaire. Alors certes, Watterson analyse en détail l'imaginaire d'un enfant, alors que Schulz se concentre sur celui d'un chien : mais au final, ça revient au même. Question de temps, de sensibilité ? Mais Schulz me satisfait plus.
Ensuite, je pense que Peanuts a une analyse bien plus complète des relations humaines. en présentant un personnage aux tendances presque misanthropes, Watterson ouvre un créneau intéressant, mais il se limite un peu. On voit surtout les relations de Calvin et des adultes (ses parents, entre autres) : dimension absente à première vue de Peanuts, mais quand on y réflechit, si on n'y voit pas d'adultes, on a des exemples d'interaction avec eux. Tout est vu alors du point de vue de l'enfant, alors que C et H se permet quelques considérations du point de vue de l'adulte.
Peut être plus mature et psychologique, mais j'ai une préférence pour l'univers aussi vaste que cloisonné de Schulz.

De plus, son trait plus simple confère une efficacité que C et H n'a pas toujours. Enfin, le trait de C et H est globalement assez simple aussi, mais je le trouve un peu plus brouillon. Ca a son effet, indéniablement, et je ne vais pas cracher dessus : mais je me sens moins accueilli que dans le dessin de Peanuts, qui jouait plus sur des variations infimes pour faire passer ses émotions et messages, la ou Watterson exagère fréquemment les expressions de ses personnages.

Cependant, je note quatre points communs aux deux séries, absolument grandioses :
Les deux considèrent les enfants comme des créatures intelligentes, et ne se limitent pas à les montrer joyeux : ils sont cyniques, méchants, imaginatifs, incompris, incompréhensibles, d'une intelligence remarquable, dépressifs, joyeux...Tout y est, plus que dans beaucoup d'autres oeuvres.
Les deux ont une tendance réjouissante à la critique sociale, fine et efficace
Les deux ont une tendance à l'auto référence assez hilarante et cynique. De C et H, je me souviens d'un strip du dimanche ou le père de Calvin lui reproche de trop voir la vie en noir et blanc : la réponse de l'intéressé est "Effectivement, parfois ça m'arrive", ce qui me parait une référence claire aux strips quotidiens, qui étaient en noir et blanc. Dans Peanuts, je citerai les danses de Snoopy, qui ne différencient, selon son aveu même, que très peu d'une fois sur l'autre.
Les deux ont un dernier strip hallucinant. La ou celui de Watterson est une ouverture (la page conserve beaucoup de blanc, et le dernier mot est "explorer", on peut pas plus significatif de l'idée de ce strip, et de l'oeuvre en général), celui de Schulz était une fermeture (une lettre d'adieu magnifique, ou l'auteur s'identifie une dernière fois à son personnage. Conclusion d'une saga de cinquante ans), mais la qualité des deux et leur impact est indéniable. D'ailleurs Mafalda pêche par son strip final fort banal. Et je me demande comment Garfield s'en sortira quand son temps sera venu...Au fond, je suis sur que Jim Davis a un potentiel assez conséquent aussi. Garfield me fait rire. Pas autant que C et H, encore moins comparé à Peanuts, mais je trouve ça drôle et j'en attend pas mal.

Au final, donc, un excellent comics, encore une fois. Et réunissant bien des points que j'aime.

Mais Ouro, je lutterai contre toi jusqu'au bout pour faire valoir la supériorité de Peanuts.


Et désolé du bordel thématique de ce message.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org
Ouroboros
Impétrant
Impétrant
avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 26
Localisation : Probablement dans mon lit.

MessageSujet: Re: Calvin et Hobbes   Ven 28 Jan - 23:17

Un contradicteur ... je croyais pourtant ne pas avoir autorisé à me contredire. C'est illégal, mais bref, aucune importance.

Je reconnaît l'intérêt de Peanuts, et sa grande qualité, cependant je ne le place pas au niveau de Calvin & Hobbes. Malheureusement, mais je compte réparer cela rapidement au nom de mon droit de réponse à la critique de mon article, ma connaissance de Peanuts est trop faible pour que je puisse répondre autrement que par de la mauvaise foi évidente, mais aussi trop simple.

Tu les as chez toi à Lyon les Peanuts ou faudra que je trouve un moyen de les lire autre part ? Je tiens à mon droit de réponse.

En attendant, (attention, douloureux pour les yeux)
Spoiler:
 

_________________
Salut à toi Invité ! Comment vas-tu aujourd'hui ?
Une réclamation, une insulte, un quolibet, une lettre de dénonciation ? MP !

«Je donne mon avis non comme bon mais comme mien.»
Michel de Montaigne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org/
Lambègue
habitué
habitué
avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Calvin et Hobbes   Sam 29 Jan - 0:15

J'ai un tome à Lyon, années 1971 1972. C'est infime par rapport à tout ce qu'il y a, mais c'est la période ou c'était déja bien installé dans ce qu'on en connait le mieux, et ça fait tout de même assez pour juger.

Et ton spoiler est ignoble.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org
Ouroboros
Impétrant
Impétrant
avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 26
Localisation : Probablement dans mon lit.

MessageSujet: Re: Calvin et Hobbes   Sam 29 Jan - 1:15

Ok, je met ma réponse en suspens jusqu'à avoir lu un peu plus pour avoir de quoi répondre de manière plus fondée.

_________________
Salut à toi Invité ! Comment vas-tu aujourd'hui ?
Une réclamation, une insulte, un quolibet, une lettre de dénonciation ? MP !

«Je donne mon avis non comme bon mais comme mien.»
Michel de Montaigne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Calvin et Hobbes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Calvin et Hobbes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» poudre à canon
» Calvin de Lormeigny; C'est un avion! C'est un oiseau! Non!
» Lord Lexander, ex Starhammer, en direct live de la cité de Calvin
» Phoenix Wright : Fail Attorney
» DMF Houston 20/02/2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Musée des savoirs :: Domaines :: Littérature :: Bande dessinée-
Sauter vers: