La culture est l'opium de l'intellect
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Meilleurs posteurs
Lambègue (215)
 
Ouroboros (177)
 
Princesse Loudie (112)
 
Halbar (57)
 
Koiran (33)
 
Mirë (25)
 
Liyat (20)
 
Junichiro Tanizaki (8)
 
Yukee (8)
 
Nebkhéperourê (6)
 
Liens
Maître Eolas
Ed Wood's Web Worst Page

Bouletcorp
Le Blog d'Un Odieux Connard


Partagez | 
 

 Voyage au bout de la nuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ouroboros
Impétrant
Impétrant
avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 26
Localisation : Probablement dans mon lit.

MessageSujet: Voyage au bout de la nuit   Mar 25 Jan - 23:41


Voyage au bout de la Nuit


Je ne voulais pas vous parler si tôt de cette œuvre, préférant écrire en priorité des articles concernant les sections dont je suis responsable (et modérateur, je te vois venir Invité, espèce de floodeur), mais l'actualité m'y pousse, et lorsqu'il y a des gens à contredire, je ne suis pas le dernier. D'ailleurs, sur ce forum, quand il s'agir de se prendre la tête à se contredire pour le plaisir, on est toujours là. Je crois même que c'était le but caché de ce forum. Désolé pour le spoil.

Voyage au bout de la nuit, certes une grande œuvre, mais elle aura tant déchaîné les esprits que si je ne pouvais pas passer à côté d'un petit article dessus, il n'était pas indispensable. Or donc voilà ! À l'heure de célébrer les plus grands auteurs français, voilà que Louis-Ferdinand Destouches, dit Céline est proposé. Célébrer le plus grand collabo et le plus virulent antisémite de l'histoire de France (nous reviendrons sur ce point, mais d'abord, quelques paragraphes chiants, je ne tiens pas à tout vous donner gratuitement) ? Ça non !

Je vous présente l'auteur et l'œuvre avant d'entrer dans la polémique, histoire que dans les dîners mondains – lorsque vous voudrez séduire la fille de ce vieux ministre là-bas qu'est ben joliette mais point tant cagaude que l'voudrions – vous ne vous trouviez pas comme un con/tagazou/mal-comprenant (rayez la mention inutile) à ne savoir quoi dire, et surtout répondre aux arguments que la damoiselle issue de lieux comme Ginette, ou mieux encore les lycées militaires, saurait vous opposer.
Avouez qu'entamer une conversation par « jolie damoiselle, ne trouvez-vous point que toute cette polémique n'a aucun lieu d'être », ça a plus de gueule que « Hagrid, est-ce que tu baise ? ».

Or donc, fi de paroles inutiles, entrons dans le sujet (et ne venez plus me reprocher mes écarts de finesse, si vous notez mes allusions, taxez vous vous-même de pervers, malandrin !)


L'auteur : Page wikipedia
Je vous conseille de la lire, au moins en diagonale, c'est important pour la suite de l'article.


Il a un faux air du Baudelaire de Nadar, vous trouvez pas ?

De quoi qu'est-ce que ça cause en fait ?

C'est l'histoire d'un mec.

Déçu ?

Désolé, mais c'est ça : c'est l'histoire d'un mec. Ce mec s'appelle Ferdinand Bardamu, et l'histoire qui nous en est dite commence en 1914, alors que la première guerre mondiale débute, et se termine vers la fin des années 1920, ou le début des années 1930. Le roman est peu clair là-dessus, mais peu importe en réalité.
C'est l'histoire de Bardamu, que l'on peut qualifier tout d'abord de jeune homme désœuvré, traînant ses études de médecine dans les cafés parisiens, puis se trouvant embarqué dans une série d'évènements où il continuera à errer bon gré mal gré dans une ambiance de déréliction totale de l'âme humaine.

D'ailleurs on pourrait commencer par parler de son nom. Bardamu. Barda-mû. Imaginez un homme avec son sac sur le dos, une sorte de sac ambulant qui erre là où le commande les ordres et les évènements. Il est un témoin de son époque, un observateur intérieur de diverses situations. Voyage au bout de la nuit, c'est un voyage dans les plus extrêmes situations que la société occidentale aie pu proposer à cette époque, un voyage dans l'absurde, un voyage dans le XXe siècle naissant, et déjà pourri.


Bardamu, illustré par Tardi.

Son premier acte, à ce fort en gueule de Bardamu, c'est de s'engager. S'ensuit une espèce de description/histoire de la première guerre mondiale, narrée par un antimilitariste farouche. Je ne cite pas ici, pas que je n'en ai pas envie, mais les plaidoyers en faveur de quoi que ce soit ne brillent pas par leur concision (ne faites pas d'analogie douteuse avec mes introductions). Toujours est-il que le Bardamu se trouve déjà aux antipodes de la moralité de l'époque, à refuser la guerre où tous allaient la fleur au fusil.

Je me permet un aparté, mais la prochaine fois qu'on vous dit que dans trois mois vous buvez un café sur l'Alexanderplatz, demandez-vous si les habitants du lieu ne s'entendent pas dire que dans trois mois ils dégustent une bière fraîche du côté des Champs Élysée.

Je ne vais pas vous détailler toute l'œuvre, je préfère vous proposer de la lire. Elle est ardue mais en vaut la peine. Vous serez déboussolé par le style, mais une fois ce rempart passé, ce livre est un monument de la littérature française et mondiale, un renouveau.
Toujours est-il que dans la même idée que son passage par la guerre, Bardamu se retrouve embarqué plus ou moins de son plein gré vers la Bambola-Bragamance (ne cherchez pas de carte, considérez les pays d'Afrique Équatoriale Française) où l'on se trouve devant un tableau à la fois réaliste (vie dans les colonies, climat invivable, exploitation des populations locales, …) tout en étant saisissant, mais aussi parfois totalement fantasmé et délirant, ce qui dans l'histoire se justifiera par la malaria contractée par Bardamu à l'occasion de son poste en Afrique, et par de magnifique (comprendre repoussantes) descriptions des effets de la chaleur sur le corps et l'esprit humain. Tout s'y fond, tout s'y délaye, le plus vil y surnage.

Vient ensuite une description de l'Amérique des années 1920, du passage par New York au travail dans les ateliers de Ford à Detroit. On retrouve ici l'auteur, qui avait été mandaté par la France pour aller visiter les ateliers de Ford et faire un rapport en prévision de la diffusion du modèle fordien en France. Il aurait écourté sa visite de dégoût devant le spectacle des ouvriers devant leurs machines).

Retour en France, exercice du métier de médecin dans une banlieue crasseuse de Paris. Là encore, on nage dans une crasse sociale difficilement soutenable, ponctuée d'images assez sales. Il n'y a aucun espoir pour l'âme humaine ici, comme partout dans l'œuvre.

Je vous épargne la suite de l'œuvre, elle aussi magnifique, et la soumet à votre lecture assidue. Ce livre mérite que vous le lisiez, et pour une fois que je pense cela d'une œuvre au programme du lycée, profitez-en.

Je note juste à la dernière minute un détail qui résume bien l'œuvre : on commence par « moi j'avais jamais rien dit » et on termine par « qu'on n'en parle plus ». Toute cette histoire ne serait finalement qu'un constat ; et à la lecture conjointe de l'œuvre et de la biographie de l'auteur, on se prendrait à parler de fiction autobiographique.

Je vais maintenant vous parler un petit peu du style littéraire de cette œuvre.
Vous avez l'habitude, et moi aussi, des longues phrases, généralement complexes – pour ne pas dire proustiennes – dans la plupart des œuvres que vous avez lues, ou au moins de phrases proprement rédigées dans un français impeccable (je ne parle pas ici des journaux qui pêchent à une faute par lettre). Ici, rien de tout cela. Le français est tellement bien maîtrisé qu'il en est malmené, torturé. Vous ne lisez pas, vous regardez devant vous une situation qui se vit. C'est de l'oral.

Prenons un exemple : les quelques premières phrases :
« ça a débuté comme ça. Moi, j'avais jamais rien dit. C'est Arthur Ganate qui m'a fait parler. Arthur, un étudiant lui aussi, un carabin, un camarade. On se rencontre donc place Clichy. C'était après le déjeuner. Il veut me parler. Je l'écoute. « restons pas dehors ! Qu'il me dit. Rentrons ». Je rentre avec lui. Voilà ».
Des phrases courtes, parfois nominales. Des phrases qui ne trouvent pas leur place dans un écrit, et qui pourtant la creusent magnifiquement ici. La syntaxe est parfaite, mais douloureuse, le vocabulaire va du plus soutenu lorsque la situation vécue l'impose à un argot de médecin, de soldat, de marchand, à des vulgarités. Le registre du coprolithe (pardonnez-moi, mais je trouve ce mot magnifique, n'y voyez pas un tendance. Il sonne presque mystique) y est fréquent (lisez par exemple le passage dans les toilettes publiques de New York).

Tout ce que le roman interdit traditionnellement s'y trouve. Ce livre, comme toute l'œuvre de Destouches, est une révolution littéraire, d'où polémique.
Admirez mon sens de la transition, nous passons justement à la polémique autour de l'œuvre, et plus particulièrement de l'auteur.

La polémique donc.
Comme vous avez pu le lire dans la biographie de l'auteur que je vous ai infligée au début, Destouches est un antisémite comme on n'ose plus en faire chez les néo-nazis. Collabo, frappé d'indignité nationale aux lendemains qui déchantent de 1945, puis gracié. Il a publié en sus de ses œuvres nombre de pamphlets d'un virulence rare à l'encontre des juifs. Je ne citerai pas, par décence (ce qui est de ma part une preuve que les textes sont d'une extrême violence, je renonce rarement à vous choquer. Pour me faire pardonner de ma lâcheté, je vous incite à aller les chercher sur internet), de ces pamphlets, qui sont une prose antisémite de la pire espèce.

Alors bon, c'est une grosse ordure, on est tous d'accord là-dessus, mais c'est aussi un très grand écrivain, révolutionnaire. Alors que faire ?

Il y a toujours eu cette polémique : faut-il considérer Céline comme un grand auteur au regard de sa vie ? Faut-il pousser la diffusion de son œuvre ?

Je suis content de constater qu'à ma dernière question, la réponse a été oui : le Voyage est au programme du lycée – c'est d'ailleurs à cette occasion que j'ai découvert ce monument – et y est plus ou moins étudié.
Mais je constate aussi que le débat perdure : Céline étant une pire ordure, qu'est-ce qu'on fait du fait que vraiment, son talent littéraire indéniable nous dérange pour le conspuer honnêtement ?

Nous en arrivons maintenant à ce qui m'a poussé à écrire cet article en priorité : la polémique II – le retour !

Il y a quelques jours, Frédéric Mitterrand, ministre de la culture, a diffusé une liste des auteurs qui seraient célébrés nationalement pour leur œuvre. Y figurait Louis-Ferdinand Destouches, dit Céline. Nous faisons là intervenir un personnage qui a déjà plusieurs fois fait parler de lui, fondateur de l'Association des fils et filles des déportés juifs de France et vice-président de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah , j'ai nommé Serge Klarsfeld.

Il s'est indigné du fait que figure à cette liste une telle ordure, je passe sur les discours que je trouve lénifiants : mémoire, outrage, indigne, antisémite notoire, honteux, insulte, … « qu'il s'indigne ! » me disais-je jusqu'à lire dans Le Monde que Frédéric Mitterrand avait cédé à la pression, et retiré Céline des auteurs à célébrer.

Et là, c'est moi qui m'indigne.
Tout d'abord, que 65 ans après la fin de la seconde guerre mondiale, on soit incapables de faire la différence entre les actes d'un Homme et ses écrits. Oui, Louis-Ferdinand Destouches est une énorme ordure. Oui, Céline est un grand écrivain. Et parce que Louis-Ferdinand Destouches, nous ne pourrions pas rendre hommage à Céline ?
Car à ce moment là, au nom de la bonne morale, au nom de ce qu'il faut penser aujourd'hui, allons plus loin ! Arrêtons d'enseigner Louis IX (le dict Saint Louis), commanditaire de dizaines de pogroms dans le royaume de France, interdisons de lire Mein Kampf (je vous en déconseille la lecture à ceux qui ne le feraient que par curiosité et pas par intérêt historique : c'est de la merde, ça n'a aucun intérêt littéraire) ou le Petit livre rouge (là, c'est plus amusant à lire, mais vite lénifiant) ! Et que dire du le traité de St-Clair-sur-Epte, symbole du colonialisme norvégien ? Des exemples comme ça, j'en ai à la pelle, et je ne prend que les extrêmes, mais combien d'auteurs ou de grands Hommes de l'histoire ont eu des opinions ou des idéaux contraires à ce qu'il faut penser aujourd'hui. Faut-il bannir de l'enseignement de la culture tout ce qui heurte certains au motif qu'ils se disent indignés ?
Ne pêchons pas par excès de prudence, c'est dangereux.

Ensuite, je m'indigne qu'un Homme seul, fut-il président d'une association qui rassemble des dizaines de milliers de personnes, fasse plier un ministre, lorsque des millions de manifestants ne le peuvent pas ?

Je me suis surpris à la lecture de quelques articles sur le sujet à avoir des pensées contraires à la morale que je me suis fixée (si tant est qu'on puisse parler de morale dans mon cas, moi qui me veut esprit libre, avec toutes les contradictions que cela comporte) : je me suis surpris à penser que vraiment, ce type (pour ne pas dire ce juif) nous emmerde.
Je me suis surpris à l'antisémitisme. Mais est-ce de l'antisémitisme que de ce dire que ce type m'emmerde alors qu'il est juif ? Ais-je le droit de me trouver emmerdé par un juif, ou est-ce illégal ? Je n'ai rien contre les juifs, j'ai quelque chose contre un juif, contre ses opinions d'Homme. J'ai un instant eu honte de me poser la question ?

Est-ce cela la tolérance ? Avoir honte de critiquer une minorité visible ?

Ou cette réaction n'est-elle que celle apprise par 65 ans de honte à l'égard de ce qui a été infligé au peuple juif ? Cette question ouvre sur une autre polémique dans laquelle je ne suis pas sûr de m'engager avec plaisir, mais au regard de l'actualité, je doute que la Shoah soit un argument suffisant pour pardonner à Israël tous ses actes.
Par pitié ne me taxez pas de pro-palestinien, je ne suis pas assez documenté sur le conflit israëlo-palestinien pour me forger un avis : laissez-moi à mes idéaux d'humaniste déçu.

Mais, Serge Klarsfeld (et là je passe en adresse directe pour donner une intensité dramatique), il est des cas où, à trop hurler, au lieu de le combattre, on fait ressurgir ce racisme latent chez tous, que nous le voulions ou non. Et quand je parle de racisme, je parle ici de cette réaction naturelle de défense tout à fait animale. Face à celui qui crie fort et empiète sur tous les territoires – ici celui de la littérature – instinctivement nous nous rebellons.
C'est une adresse qui n'engage que moi, tout comme tout le contenu de cet article, mais elle exprime mon avis. N'interprétez pas mes paroles, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit.
De plus, je n'ai pas à m'en justifier.

Au pire, si l'on en croit ses idéaux, Céline s'en fout bien des hommages, et de nos gueules.

J'extrapole, et pour couper court à mon verbiage, conclus.
Lisez Voyage au bout de la nuit. Lisez d'autres œuvres de Céline. Et dites moi ce que vous pensez de ma prise de position.

Merci.

_________________
Salut à toi Invité ! Comment vas-tu aujourd'hui ?
Une réclamation, une insulte, un quolibet, une lettre de dénonciation ? MP !

«Je donne mon avis non comme bon mais comme mien.»
Michel de Montaigne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org/
Lambègue
habitué
habitué
avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Voyage au bout de la nuit   Mar 25 Jan - 23:49

Je ne parlerai pas ici de la qualité du livre. J'adore, mais c'est surtout du débat que tu ouvres que je voudrais parler.

Je pense effectivement que ne pas différencier les écrits de l'auteur de la vie de l'homme est une erreur, et même une erreur conséquente, mais malheureusement aussi une erreur courante : le risque si Monsieur Mitterand n'avait pas cédé aurait été une accusation générale de racisme et de validation des théories nazies par une partie de la population.
C'est triste, mais je comprends que Frédéric Mitterand n'ait pas voulu souffrir de telles attaques.

Sinon, je pense qu'on ne tolère pas Céline principalement par ce que pour beaucoup, il ne peut être classé dans l'histoire, au contraire d'Hitler ou de Loulou. Mais je signale tout de même qu'un nombre conséquent de gens croient que Mein Kaampf est effectivement interdit en France : la plupart trouvent ça parfaitement normal, d'ailleurs, et s'indignent de savoir qu'il est légal.

Témoignage d'une moralité bien pensante toujours plus castratrice.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org
Princesse Loudie
Impétrant
Impétrant
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 17/01/2011
Age : 26
Localisation : dans tes rêves...

MessageSujet: Re: Voyage au bout de la nuit   Mer 26 Jan - 0:09

Lambègue a écrit:
Mais je signale tout de même qu'un nombre conséquent de gens croient que Mein Kaampf est effectivement interdit en France : la plupart trouvent ça parfaitement normal, d'ailleurs, et s'indignent de savoir qu'il est légal.

J'en faisais partie il y a quelques années tout simplement parce que ma professeur d'histoire-géo me l'avait prêté en me disant "Il est interdit en France tu ne dis pas que je te l'ai prêté". Donc je m'interroge aujourd'hui, était-elle convaincue, elle, prof de lycée, que ce livre était interdit ou ne voulait-elle pas qu'on sache qu'elle avait ce livre en sa possession ?
Par ailleurs, je ne l'ai jamais lu jusqu'au bout, c'est un ramassis de connerie et je ne comprends même pas comment des gens ont pu souscrire à ce genre de fadaises. C'est que du vent, il n'y a rien qu'il vaille la peine d'être commenté. C'est à la limite du "cher journal intime, je te raconte ma vie parce que j'me sens bien seul dans mon univers sans juifs".
Ensuite, je suis tout à fait d'accord avec vous deux, il faut savoir différencier le travail de l'auteur et sa vie. Il y en a assez de cette dictature de la morale universelle où toute position contraire à l'opinion publique est forcément mauvaise, à sanctionner ou je ne sais quoi encore. Marre de ce dirigisme médiatique qui nous dit que penser, qui "oublie" des évènements sociaux parce que ça va pas avec ce qu'ils veulent nous inculquer. C'est bizarre mais pour parler des travers des politiques ils sont les premiers mais bizarrement les manifestations Pro-vie qui ont battu des records de manifestants cette année on n'en parle pas alors que bon sang c'est un mouvement social qui prend de l'ampleur merde !

Enfin c'est pas le propos dans le fond, si jamais je trouve ce bouquin je me ferai peut-être plaisir en l'achetant. Le petit exemple de style que tu nous a montré m'a plutôt donné envie, ça me rappelle mon écriture quand j'étais plus jeune...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ouroboros
Impétrant
Impétrant
avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 26
Localisation : Probablement dans mon lit.

MessageSujet: Re: Voyage au bout de la nuit   Mer 26 Jan - 16:02

J'ai pris pour exemple Mein Kampf, parce que c'est un exemple frappant. Tout le monde sait ce que c'est, et personne ne l'a lu, mis à part quelques uns.
Je l'ai lu (je l'ai d'ailleurs, récupéré quelque part, où il n'est plus disponible, bien entendu). C'est effectivement un mauvais livre. Outre son thème tout à fait ignoble, il est répétitif, long, mal écrit et dans un style illisible.
Mais pourquoi être choqué qu'il ne soit pas interdit ? Devons-nous interdire les livres parce qu'ils ne véhiculent pas les "bonnes" idées ?

Je suis d'accord avec Lambègue, Mitterrand aurait pris le risque d'être taxé de racisme et d'antisémitisme, mais il aurait aussi fait acte de bravoure à défendre une opinion défendable, même si elle ne l'est plus aux yeux de la bonne morale.

Vous le savez, je crache sur la bonne morale, ainsi que sur les médias partiaux et populistes, ne cherchant que le sensationnel et sacrifiant la culture sur l'autel de la médiocrité. Et la cérémonie est barbare.

Je suis content de t'avoir donné envie de le lire. Tu ne devrais avoir aucun mal à le trouver, il est dans les programmes scolaires.

_________________
Salut à toi Invité ! Comment vas-tu aujourd'hui ?
Une réclamation, une insulte, un quolibet, une lettre de dénonciation ? MP !

«Je donne mon avis non comme bon mais comme mien.»
Michel de Montaigne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org/
Lambègue
habitué
habitué
avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Voyage au bout de la nuit   Mer 26 Jan - 17:53

Et puis quoi qu'on en dise, c'est un classique, et n'importe quelle librairie devrait l'avoir.
La comparaison à ton style passé, c'est pas un peu beaucoup présomptueux ?^^

Pour répondre à Ouro, effectivement Mitterand aurait fait acte de bravoure, mais politiquement parlant tu peux bien comprendre l'absurde d'un tel acte : il aurait été coulé, je pense. En honnêtement je comprend qu'il ne veuille pas couler sa carrière, en luttant contre une telle bêtise.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org
Ouroboros
Impétrant
Impétrant
avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 26
Localisation : Probablement dans mon lit.

MessageSujet: Re: Voyage au bout de la nuit   Mer 26 Jan - 18:28

Pour les librairies, je ne me souviens pas d'une librairie où, l'ayant cherché, je ne l'ai pas trouvé. Pareil pour les bibliothèque. C'est au moins ça, et je pense que c'est d'autant plus le cas depuis que c'est au programme de 1re. Un choix intelligent je trouve. Par contre, je ne sais pas quelle œuvre ça remplace.

J'ai pas tiqué dessus, mais comparer le style de Céline au sien passé, et donc moins bon que maintenant, c'est même très présomptueux.
Ce qui ne nous empêche pas d'apprécier ton style, quoi qu'on aimerait le voir plus souvent.

Il aurait fait acte de bravoure et aurait pris le risque d'être dézingué pour ça. Il aurait aussi pu tenter d'expliquer pourquoi on peut faire la différence entre l''homme et l'œuvre, et dire que si l'homme ne mérite pas le Panthéon mais plutôt la fosse commune (il est enterré dans un cimetière en banlieue), il n'en est pas de même pour une partie de ses œuvres. Je dis une partie, car une autre partie sont des pamphlets, qui sont paraît-il assez illisibles. C'est assez tentant pour que je les cherches.
Il aurait pris un risque, mais s'il avait gagné, quelle victoire de l'intelligence sur la bêtise de la masse.

Je précise que je ne considère pas qu'il n'y a que des cons partout, mais que l'Homme ne peut faire acte d'intelligence que pris individuellement. En masse, nous sommes tous des cons.
Je crois que cette théorie est de Terry Prachett : QI d'un individu d'une foule = QI moyen de la foule/nombre de personnes de la foule. J'aurais personnellement considéré plutôt le QI du ou des meneurs en additionnant avant de diviser par le nombre de personnes, mais le résultat est si proche de 0 que peu importe la différence.

_________________
Salut à toi Invité ! Comment vas-tu aujourd'hui ?
Une réclamation, une insulte, un quolibet, une lettre de dénonciation ? MP !

«Je donne mon avis non comme bon mais comme mien.»
Michel de Montaigne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org/
Princesse Loudie
Impétrant
Impétrant
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 17/01/2011
Age : 26
Localisation : dans tes rêves...

MessageSujet: Re: Voyage au bout de la nuit   Mer 26 Jan - 21:23

Non non ! J'ai dit que cela me rappelait mon écriture à une époque, pas que c'était identique ! Loin de là même ! Non c'est juste que cela m'a fait me souvenir d'une période où j'étais fière de mêler le jargon populaire à des tournures plus sophistiquées. D'ailleurs, ça m'a valu une mauvaise note de la part de mon professeur de français une fois. Il m'avait dit que le texte dans l'ensemble était plutôt bon mais qu'il fallait me cantonner à un seul registre de langue.
Fi que de tout cela ! Par provocation j'ai continué mes mélanges en m'inspirant des conversations que pouvaient avoir mes grands parents "au" Leclerc...
'Fin bref. C'est évident que je ne peux pas me comparer à Céline, je n'en connais pas suffisamment sur lui pour me risquer à ce genre de chose. J'ai fait état d'un souvenir pas d'une comparaison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lambègue
habitué
habitué
avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Voyage au bout de la nuit   Mer 26 Jan - 21:29

Je ne suis pas sur qu'il faille utiliser un style purement par provocation, ça ne le rend pas nécessairement bon. C'est une remarque de stylistique générale qui mériterait discussion, d'ailleurs.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org
Ouroboros
Impétrant
Impétrant
avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 26
Localisation : Probablement dans mon lit.

MessageSujet: Re: Voyage au bout de la nuit   Mer 26 Jan - 23:18

On peut, je pense, utiliser un style par provocation, mais il ne doit pas être uniquement provoquant, il doit aussi être porteur. La provocation pour elle-même n'a pas beaucoup de sens. C'est ce qu'on trouve dans Céline je pense : de la provocation certes, mais surtout un message - même si ce message ressemble pas mal par certains côté à un cri de haine et de dégoût pour l'humanité.

_________________
Salut à toi Invité ! Comment vas-tu aujourd'hui ?
Une réclamation, une insulte, un quolibet, une lettre de dénonciation ? MP !

«Je donne mon avis non comme bon mais comme mien.»
Michel de Montaigne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Voyage au bout de la nuit   

Revenir en haut Aller en bas
 
Voyage au bout de la nuit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Voyage au bout de la nuit (titre de Céline)-paroles du Baron
» Voyage au bout du monde
» Voyage au bout de l'enfer
» [CF] CR d'un voyage au bout de l'enfer (4e de la joute)
» [FULL] Tigres Volants : Ils m'entrainent ! Au bout de la nuit...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Musée des savoirs :: Domaines :: Littérature :: Romans-
Sauter vers: