La culture est l'opium de l'intellect
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Meilleurs posteurs
Lambègue (215)
 
Ouroboros (177)
 
Princesse Loudie (112)
 
Halbar (57)
 
Koiran (33)
 
Mirë (25)
 
Liyat (20)
 
Junichiro Tanizaki (8)
 
Yukee (8)
 
Nebkhéperourê (6)
 
Liens
Maître Eolas
Ed Wood's Web Worst Page

Bouletcorp
Le Blog d'Un Odieux Connard


Partagez | 
 

 Retour aux sources, d'Alejo Carpentier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lambègue
habitué
habitué
avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 24

MessageSujet: Retour aux sources, d'Alejo Carpentier   Jeu 20 Jan - 23:59

Si je veux parler ici de cette nouvelle, c'est qu'elle me touche particulièrement : je me rappelle encore de la première lecture que j'en ai fait, il y a maintenant trois ans. Le recueil d'où elle est tirée, « Guerres du temps », m'avait été donné par un ami fiable en termes de littérature, et je garde un bon souvenir de l'ensemble des textes. Mais celui qui m'a le plus marqué, ému et entrainé, c'est ce Retour aux Sources, sublime d'un bout à l'autre. A noter que cette réaction ne semble pas être particulière à moi, quand j'en ai parlé avec d'autres personnes ayant lu ce recueil, c'est aussi cette nouvelle qui était le plus souvent évoquée comme le grand moment de l'ouvrage.
Je déplore donc qu'elle soit aussi peu connue : par ce qu'elle est courte, il ne faut pas bien longtemps pour la découvrir, et on peut même la lire indépendamment du reste de l'ouvrage (je fournirai un lien vers ce texte, à la fin de cet article). C'est dommage, je pense, car le reste est d'une grande qualité tout de même, mais admettons qu'on n'ait le temps que pour une nouvelle.

Mais premièrement, je vais présenter un peu l'auteur, Alejo Carpentier, qui réussit le petit exploit d'être considéré comme un auteur Cubain tout en ayant un père français et une mère Russe, né à Lausanne (26 décembre 1904) et mort à Paris (24 avril 1980).
Il arrive à Cuba à douze ans, et suivra sans les terminer des études d'architecte. Il se tournera plutôt vers le journalisme, mais son engagement politique de gauche lui vaudra un emprisonnement, puis l'exil en France. Il ne pourra retourner à Cuba qu'en 1939, mais entretemps il ira beaucoup en Espagne. Il développera aussi pendant cette période une passion pour la littérature baroque et rencontrera de nombreux auteurs surréalistes, ce qui influencera ses écrits futurs, constitués de romans et d'essais.


Alejo Carpentier.

Guerres du Temps date de 1956. Il est constitué de sept nouvelles : Le chemin de Saint Jacques, Retour aux sources, Pareil à la nuit, les Fugitifs, Office des ténèbres, le droit d'Asile et les Élus. Je parlerais peut être ultérieurement des autres, que je n'ai d'ailleurs pour certaines plus réellement en mémoire, seule la seconde est restée imprimée, comme je l'ai dit plus haut.

Retour aux sources compte l'histoire d'un vieux nègre regardant les ruines de la maison dans laquelle il servait : alors que les ouvriers chargés du déblaiement sont partis pour la nuit, il use d'un sortilège afin de faire remonter le temps à cette maison, pour en revivre la gloire : la nouvelle nous fait ainsi voir la vie de cette maison et de ses habitants en accéléré, et à l'envers.
Carpentier impressionne par le peu de mots qui lui sont nécessaire pour retranscrire les impressions omniprésentes dans ce texte, et pour les traiter toujours avec le même talent, qu'il parle des personnages comme vieillards ou comme enfants. Il couvre, en quelques pages, l'intégralité d'une vie, dans le sens inverse à celui naturel, et parvient pourtant à nous donner une vision complète, pleinement satisfaisante, de cette vie. Peut être par ce qu'il sait susciter notre imagination et nous faire réfléchir aux points qu'il ne traite pas, peut être aussi par ce que ce qu'il dit à un ton finalement fort universel, malgré la particularité de l'époque et de la situation sociale qu'il décrit. C'est tout un éventail de perceptions et d'émotions que nous livre l'auteur à travers cette nouvelle, et le talent qu'il démontre pour cela laisse pensif.
Ensuite, Carpentier reste dans son style d'un grand naturel, malgré tout l'inhabituel chronologique de la situation qu'il décrit : ses phrases ne cherchent jamais à souligner l'extraordinaire, elles se contentent de le décrire, et gagnent par la une sincérité et une puissance rare. J'en donne pour exemple cette description des bougies de la veillée mortuaire de Don Martial, propriétaire de la maison, depuis le regard duquel sera vue une bonne partie de la nouvelle :
Citation :
« Les cierges grandirent lentement, cessèrent peu à peu de couler. Lorsqu'ils eurent repris leur taille, la nonne apporta une lampe et les éteignit. Les mèches pâlirent, en projetant une escarbille. »
Jamais Carpentier ne souligne plus qu'il ne le faut que tout se passe à l'envers, et il ne le fera même pas lorsque, quelques lignes plus loin, Don Martial se réveillera de sa mort. L'auteur laisse son lecteur s'impressionner de lui même. Il veut que celui ci entre de lui même dans son récit, et ne cherche pas à vraiment le tirer de force dedans. Et on y entre fort volontiers, je pense.

Ce qui s'illustre, dans cette nouvelle, c'est le délice du retour en arrière. Et ceci, tout le monde l'a rêve au moins une fois, pouvoir revenir à sa jeunesse, à son enfance. Par la, Carpentier touche un point sensible chez chacun (ou presque), et en nous offrant un accomplissement de ce rêve, il nous ravit.
On voit les connaissances de Martial se limiter petit à petit, sa perception devenir de plus en plus sommaire, et on sent tout son ravissement, toute l'idée de liberté qu'il en tire. Si l'idée est discutable, et décrit une volonté de toutes façons irréalisable et intenable dans son principe même, reste que c'est un délice que de le lire.
Et après tout, le texte de Carpentier apparaît plus comme un petit conte, dernière phrase à l'appui. Un petit conte heureux, d'un rêve. Car l'auteur joue aussi avec notre peur de la mort, symbolisée ici par la destruction de la maison : grâce à l'intervention du vieillard, la maison ne meurt pas, elle disparaît dans sa naissance inversée. C'est beaucoup moins effrayant, car disparaît alors la peur de la souffrance de la mort, de ce que l'on pourrait trouver après et aussi de la dégradation du corps sans vie. Et en rajeunissant la maison, le vieillard lui même échappe à sa mort. Il possède l'ultime pouvoir, il est immortel : car il sait comment revenir sur sa naissance même.

On peut laisser chacun libre de l'interprétation qu'il voudrait faire de ce texte. Certains y ressentiront une critique d'une société voulant tuer son passé, sans jamais pouvoir le faire, car il y en aura toujours qui auront le pouvoir délicieux mais terrible de le faire ressurgir. Ca se tient, je pense moi même que c'est présent dans le texte, mais je ne le ressent pas comme son enjeu principal.

Ce qui importe le plus, c'est que chaque fois que je le relis, les mots m'emportent, m'invitent allégrement dans leur histoire sublime. Et c'est ce qui fait de Retour aux Sources un chef d'œuvre.

Lire Retour aux Sources




Rédigé par Lambègue.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org
Ouroboros
Impétrant
Impétrant
avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 26
Localisation : Probablement dans mon lit.

MessageSujet: Re: Retour aux sources, d'Alejo Carpentier   Ven 21 Jan - 0:13

Je vais te dire ça souvent, je le sens, mais ... faut vraiment que tu me file ce bouquin.
Du coup j'ai failli cliquer sur "envoyer" juste avant de me rappeler que tu nous donnais le lien.

J'aime ces livres qu'on peut trouver sur internet.

_________________
Salut à toi Invité ! Comment vas-tu aujourd'hui ?
Une réclamation, une insulte, un quolibet, une lettre de dénonciation ? MP !

«Je donne mon avis non comme bon mais comme mien.»
Michel de Montaigne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org/
Lambègue
habitué
habitué
avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Retour aux sources, d'Alejo Carpentier   Ven 21 Jan - 0:33

Il n'y a que la nouvelle Retour aux sources sur internet.
Je te passerai le bouquin si tu veux, mais celui la je tiens à le récupérer, il m'a été donné par un ami, et donc j'y tiens.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org
Ouroboros
Impétrant
Impétrant
avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 26
Localisation : Probablement dans mon lit.

MessageSujet: Re: Retour aux sources, d'Alejo Carpentier   Ven 21 Jan - 1:17

J'avoue, j'ai eu du mal. Du mal à suivre où allait ce récit, sans doute parce qu'il allait à l'envers, volontairement cela va de soi. Je me suis perdu dans les circonvolutions, j'ai douté de certains évènements, je me suis demandé quel était l'intérêt de parler tant du père si tard dans la vie du narrateur (et donc si tôt dans le récit), j'ai buté sur l'ordre des choses.

Enfin, j'ai aimé la fin à l'exception de l'avant-dernier paragraphe pour ce qu'elle montre de la vision que l'enfant a des choses, elle est plus claire, et sonne plus juste à mon sens.

Je ne remet pas en cause le talent littéraire de l'auteur, et ne voudrais surtout pas me fâcher avec Lambègue qui a la possibilité de me virer de mon poste d'administrateur, mais ce talent ne m'a pas touché.

Ah si, une dernière chose : je n'ai pas aimé l'avant-dernier paragraphe, je l'ai vraiment aimé. Je l'ai trouvé juste. Exprimer les sentiments de ce qui, au regard de la loi, n'en possède pas (quoi que les cas divergent parfois et que bref), exprimer des sensations telles qu'on les ressent peut-être lorsque l'on n'est pas né, d'une période dont on ne peut pas se souvenir (en tout cas si on peut je ne veux pas) est difficile, et est admirablement fait.

Pour résumer, mon avis est mitigé, prête moi ce livre.

_________________
Salut à toi Invité ! Comment vas-tu aujourd'hui ?
Une réclamation, une insulte, un quolibet, une lettre de dénonciation ? MP !

«Je donne mon avis non comme bon mais comme mien.»
Michel de Montaigne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org/
Lambègue
habitué
habitué
avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: Retour aux sources, d'Alejo Carpentier   Ven 21 Jan - 1:22

Non non, tu ne te fâcheras pas avec moi en débattant, j'en suis content au contraire.
De mon coté, je saisis immédiatement ou va le texte, ou du moins saisit ce vers quoi il veut m'entraîner, tout en me laissant surprendre par le chemin, du coup j'adore.
Les derniers paragraphes effectivement sont très bon, mais je trouve que c'est le cas de l'ensemble du récit de mon coté, je ne les dégagerais donc pas du reste.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org
Ouroboros
Impétrant
Impétrant
avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 26
Localisation : Probablement dans mon lit.

MessageSujet: Re: Retour aux sources, d'Alejo Carpentier   Mar 25 Jan - 14:39

Mouais, je me suis attaché aux deniers paragraphes, mais l'ensemble du texte m'a moyennement plu. Ceci dit j'apprécie le style, et je veux bien le bouquin.

_________________
Salut à toi Invité ! Comment vas-tu aujourd'hui ?
Une réclamation, une insulte, un quolibet, une lettre de dénonciation ? MP !

«Je donne mon avis non comme bon mais comme mien.»
Michel de Montaigne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemuseedessavoirs.forumgratuit.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retour aux sources, d'Alejo Carpentier   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retour aux sources, d'Alejo Carpentier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour aux sources [Récit]
» [Lumière Aveugle] Séjour à l'Alhambra, retour aux sources
» Ludadide, retour aux sources.
» Retour aux sources
» [Zebula] Retour aux sources ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Musée des savoirs :: Domaines :: Littérature :: Nouvelles et écrits courts-
Sauter vers: